Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement israélien utilise la mort de James Foley pour sa communication

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Une rentrée politique sous tension

En savoir plus

#ActuElles

Réfugiés de Centrafrique: préserver son honneur et sa dignité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : L'opposant Tshisekedi en convalescence à Bruxelles

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : manifestations contre la France au PK5

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Émeutes de Ferguson : Obama face à la question raciale

En savoir plus

TECH 24

Transports du futur : quand la réalité dépasse la fiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

  • À Kiev, Angela Merkel défend "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Série d'attentats meurtriers en Irak, Bagdad favorable à une conférence internationale

    En savoir plus

  • Trafic aérien interdit au-dessus du volcan Bardarbunga

    En savoir plus

  • La Libye renonce à accueillir la Coupe d'Afrique des nations en 2017

    En savoir plus

  • Ebola : la Côte d'Ivoire ferme ses frontières avec la Guinée et le Liberia

    En savoir plus

  • Vidéo : destruction de la maison d'un membre du Hamas à Hébron

    En savoir plus

  • Montebourg : la France "ne peut plus se laisser faire" face à l'Allemagne

    En savoir plus

  • RD Congo : les victimes du "colonel 106" racontent leur calvaire

    En savoir plus

  • Les deux nouveaux satellites Galileo placés sur la mauvaise orbite

    En savoir plus

  • Le Hamas signe la demande d’adhésion palestinienne à la CPI

    En savoir plus

  • 2e division blindée : "Nous étions des frères"

    En savoir plus

  • Philippe Ramette fait son éloge de la contemplation

    En savoir plus

  • Gaza : intensification des frappes après la mort d’un enfant israélien

    En savoir plus

  • Meurtre de James Foley : Washington n'exclut pas de frapper l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Un nouveau gouvernement de large ouverture formé en Centrafrique

    En savoir plus

Afrique

Courte avance de John Atta Mills, selon des résultats partiels

Vidéo par Jennifer KNOCK

Dernière modification : 30/12/2008

Selon des médias, le candidat de l'opposition John Atta Mills aurait une courte avance sur son adversaire Nana Akufo-Addo, du nouveau Parti parti patriotique (NPP). Son parti n'a pas attendu les résultats officiels pour fêter la victoire.

Reuters - L'opposant John Atta Mills, leader du Congrès démocratique national (NDC), disposerait d'une courte avance sur Nana Akufo-Addo, candidat du nouveau Parti parti patriotique (NPP), après le second tour de l'élection
présidentielle de dimanche au Ghana.
 
Selon la radio privée Joy FM, qui s'appuie sur les résultats de 223 des 230 circonscriptions électorales, Mills serait assuré
d'être élu.
 
La commission électorale, dont les résultats communiqués lundi soir portent sur 200 circonscriptions, crédite l'opposant
d'un score de 52,1% contre 47,9% contre le candidat du parti au pouvoir.
 
Lors d'une conférence de presse, Mills s'est dit confiant. "Ce sera la victoire de tous les Ghanéens et, s'il doit être
déclaré vainqueur, Atta Mills sera le président de tous les Ghanéens", a-t-il dit.
 
Le second tour des présidentielles pour désigner le successeur de John Kufuor, qui ne pouvait briguer un troisième
mandat, s'est déroulé dans le calme, malgré des témoignages faisant état de quelques actes de violence et de tentatives de vol d'urnes.
 
Les résultats complets ne sont pas attendus avant mardi au plus tôt. Les médias locaux estiment que la participation au
second tour n'a pas été aussi élevée qu'au premier, le 7 décembre, ce qui, selon eux, renforcerait les chances de Mills.
 
Akufo-Addo était arrivé en tête du premier tour avec 49% des suffrages et un peu plus d'un point d'avance sur son rival, mais sous le seuil des 50% nécessaire pour l'emporter.
 
Quelque 12,4 millions d'électeurs, sur une population de 23 millions d'habitants, étaient appelés aux urnes.
 

IRREGULARITES MAIS...
 

Le Codeo, groupe ghanéen d'observation électorale, a signalé plusieurs cas de troubles, d'intimidations, voire de violences dans différentes régions du pays, mais un responsable de la police a indiqué qu'aucun de ces cas n'avait été assez grave pour justifier la fermeture d'un bureau de vote.
 
"Dans l'ensemble, le processus s'est bien déroulé, mais il y a eu quelques problèmes, dont des tentatives de vol d'urnes,
surtout à Accra et à Kumasi", a déclaré à Reuters le commissaire adjoint Kwesi Ofori. Il a fait état de plusieurs arrestations.
 
Yakubu Gowon, chef de la mission d'observation envoyée au Ghana par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), a estimé que le second tour du scrutin avait été entaché de plus d'incidents que le premier.
 
Mais les observateurs internationaux ont salué un scrutin méthodique, libre et équitable, et un modèle de démocratie sur
un continent marqué cette année par plusieurs débâcles électorales.
 
Ce scrutin offre l'occasion à l'Afrique de retrouver une certaine crédibilité démocratique après les violences post-électorales qui ont éclaté au Kenya ou au Zimbabwe et les coups d'Etat en Mauritanie et en Guinée.
 
Les analystes n'écartent toutefois pas certains risques après l'élection ghanéenne. Le NPP a perdu sa majorité au
parlement à l'issue des législatives qui se tenaient en même temps que le premier tour de la présidentielle. Quel que soit le vainqueur de celle-ci, il devra gouverner un pays politiquement coupé en deux.
 
Deux des 230 sièges de l'Assemblée nationale restent à attribuer par la commission électorale, mais le NCD détient déjà
114 sièges contre 108 au NPP.
 
L'enjeu du scrutin est aussi économique: le Ghana, deuxième producteur mondial de cacao derrière son voisin ivoirien et
deuxième producteur d'or du continent après l'Afrique du Sud, se prépare à extraire du pétrole en quantité industrielle à partir de la fin 2010.

Première publication : 30/12/2008

COMMENTAIRE(S)