Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

Afrique

La publication des résultats repoussée de plusieurs jours

Dernière modification : 30/12/2008

Alors que les tensions montent, la commission électorale a repoussé la publication des résultats de la présidentielle à vendredi, après le vote de la dernière circonscription. Le dépouillement partiel donnait John Atta-Mills vainqueur.

AFP - La commission électorale au Ghana a créé la surprise mardi en reportant de plusieurs jours l'annonce des résultats de l'élection présidentielle, alors que l'opposant John Atta-Mills semblait sûr de sa victoire dans une atmosphère politique de plus en plus tendue.
   
Avec plusieurs heures de retard, la commission a annoncé en fin d'après-midi que John Atta-Mills était bien devant son adversaire Nana Akufo-Addo, après dépouillement de 229 circonscriptions sur 230.
   
Mais la dernière circonscription, qui n'avait pu voter dimanche, ne le fera que vendredi et peut encore faire basculer le scrutin, selon le président de la commission électorale à Accra, Kwado Afari-Gyan.
   
Cet ultime rebondissement a provoqué la colère des partisans du "Prof", le surnom d'Atta-Mills. Quelque 2.000 d'entre eux étaient réunis en milieu d'après-midi devant les locaux de la commission, craignant un tour de passe-passe du parti au pouvoir, sous le regard d'un important contingent de forces de l'ordre.
   
L'écart entre les deux hommes n'est actuellement que de 23.055 voix, alors que 8.979.877 votes (sur quelque 12,5 millions d'inscrits) ont été comptabilisés, selon les chiffres officiels.
   
M. Atta-Mills, du Congrès national démocratique (NDC), a obtenu 4.501.466 voix (50,13%), contre 4.478.411 suffrages (49,87%) à M. Akufo-Addo, du Nouveau parti patriotique (NPP, au pouvoir).
   
"Pour l'instant le professeur Atta-Mills est en tête" mais "le résultat de l'élection dans la circonscription de Tain (centre-ouest) pourrait faire la différence", a ajouté le patron de la Commission, précisant que ce vote crucial se déroulerait vendredi.
   
Aucun taux de participation n'a été publié.
   
Le scrutin, considéré jusqu'à présent comme exemplaire sur un continent souvent marqué par des élections violentes et contestables, prenait mardi un tour plus incertain.
   
Un responsable de l'opposition avait accusé lundi soir le NPP de vouloir manipuler, avec la "complicité" d'un membre de la commission électorale, les résultats de la région Ashanti, un de ses bastions traditionnels.
   
Mardi, les militants armés de branches et de bâtons criaient devant la commission des slogans rythmés par des tambours, réclamant la proclamation des résultats définitifs.
 

Première publication : 30/12/2008

COMMENTAIRE(S)