Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Israël : les dirigeants "ont de nouveau ignoré les signes avant-coureurs de violences"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Conférence mondiale sur le sida : Washington appelé à maintenir son aide financière

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Conférence mondiale sur le sida : "Un sommet de la recherche à Paris"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Jeux de la Francophonie : quelque 4 000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise au Venezuela : la fin du chavisme ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Russie, immigration, Obamacare : six mois de Trump, un président désavoué ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

Amériques

Un juge américain refuse la libération de deux détenus

Dernière modification : 31/12/2008

Les considérant comme '"ennemis combattants" liés à al-Qaïda ou aux Taliban, un juge américain s'est opposé à la libération de deux détenus de Guantanamo. Il a confirmé que les États-Unis avait le pouvoir de les maintenir en détention.

Reuters - Un juge américain s'est opposé mardi à la libération de deux détenus de Guantanamo et a confirmé que le gouvernement américain avait le pouvoir de les maintenir en détention, un mois après avoir ordonné la remise en
liberté de cinq autres prisonniers.
 
Le juge de district Richard Leon a estimé que le gouvernement américain avait produit suffisamment de preuves
justifiant le maintien en détention du Yéménite Moath Hamza Ahmed Al Aloui et du Tunisien Hicham Sliti en tant qu'"ennemis combattants" liés à Al Qaïda ou aux taliban.
 
Le gouvernement américain, qui a salué cette décision, accuse Aloui d'avoir été garde du corps d'Oussama ben Laden et
d'avoir suivi un entraînement dans des camps d'Al Qaïda et des taliban. Aloui dément ces accusations.
 
Sliti rejette également les accusations portées contre lui, selon lesquelles il aurait aidé à former un groupe terroriste et
aurait reçu un entraînement militaire dans un camp d'Al Qaïda.
 
Le mois dernier, Leon avait ordonné la libération de cinq Bosniaques d'origine algérienne retenus à Guantanamo, invoquant une insuffisance de preuves contre eux. Trois d'entre eux ont depuis regagné la Bosnie.
 
Le président élu Barack Obama a affirmé vouloir fermer le centre de détention de la base navale de Guantanamo, et le
Pentagone étudie comment appliquer une telle mesure. Des procès ont cependant déjà été programmés pour une date postérieure à la prise de fonction d'Obama, le 20 janvier.

Première publication : 31/12/2008

COMMENTAIRE(S)