Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

Economie EUROPE

Kiev rembourse sa dette à Gazprom

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 31/12/2008

Naftogaz, société ukrainienne d'hydrocarbures, a assuré mardi avoir versé le montant de sa dette à Gazprom pour les mois de novembre et décembre. La Russie menaçait auparavant de couper la fourniture de gaz à l'Ukraine.

AFP - L'Ukraine a affirmé mardi avoir remboursé une grosse partie de sa dette envers le géant russe Gazprom, une annonce qui pourrait permettre d'éviter une nouvelle crise gazière avec la Russie qui ne manquerait pas d'avoir des répercussions sur l'Europe.
   
"L'argent est sur les comptes de RosUkrEnergo", intermédiaire gazier contrôlé à moitié par Gazprom, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la société d'Etat ukrainienne des hydrocarbures Naftogaz, Valentin Zemlianski.
   
"Nous avons versé 1,522 milliard de dollars" pour le gaz livré en novembre et décembre, a-t-il précisé.
   
Le porte-parole de RosUkrEnergo, Andreï Knoutov, a cependant affirmé n'être pas en mesure de confirmer le versement.
   
"Nous sommes en dehors des horaires d'ouverture des banques, nous ne pouvons donc ni confirmer ni infirmer cette information", a-t-il affirmé, selon  l'agence de presse Interfax, précisant que les comptes bancaires ne pourraient pas être vérifiés avant mercredi matin.
   
La somme annoncée par l'Ukraine est inférieure à celle de plus de deux milliards de dollars réclamée par Gazprom, qui exige le paiement de 805,8 millions pour les livraisons de novembre, 862,3 millions pour celles de décembre, plus des pénalités de 450 millions de dollars pour les retards de paiement.
   
Les amendes ne doivent être discutées qu'après le paiement des dettes pour le gaz livré à l'Ukraine en novembre et décembre, selon M. Zemlianski.
   
Plus tôt dans la journée, lorsque Kiev avait annonçé le paiement de sa dette pour novembre et décembre "d'ici deux à trois heures", Gazprom s'était montré prudent, jugeant qu'il était "trop tôt" pour déclarer la fin du conflit gazier.
   
"Nous n'avons pas encore reçu l'argent, il est donc trop tôt pour dire que la question est réglée. Les négociations pour un contrat 2009 continuent", avait alors commenté le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, à la télévision russe Rossiya.
   
Ces derniers jours, la société russe a plusieurs fois exigé le remboursement de la totalité des dettes de l'Ukraine, sous peine de couper les livraisons de gaz le 1er janvier 2009.
   
Le gouvernement ukrainien avait pour sa part indiqué mardi qu'il garantissait "le règlement des comptes pour le gaz naturel importé en novembre et décembre 2008 (...) jusqu'au montant de deux milliards de dollars".
   
Un contrat pour les livraisons de gaz russe à Kiev l'an prochain pourrait être signé avant le 1er janvier, date limite de l'accord actuel, selon le porte-parole de Naftogaz.
   
"Nous espérons signer les contrats pour 2009 aujourd'hui (mardi) ou demain (mercredi)", a-t-il dit. Il a souhaité que Kiev paye moins de 250 dollars les 1.000 m3, contre 179,5 dollars actuellement.
   
Gazprom avait déjà menacé jeudi de porter le prix à 418 dollars pour le futur contrat 2009, si les dettes ukrainiennes n'étaient pas payées avant le 31 décembre.
   
Les Européens surveillent attentivement ce dossier, car 80% de leurs livraisons gazières russes passent par l'Ukraine.
   
Lors d'un précédent conflit, en janvier 2006, les exportations vers l'Europe avaient été perturbées et Moscou avait accusé Kiev de siphonner le gaz européen.
   
Le porte-parole de Gazprom a estimé mardi qu'un tel scénario pourrait être évité en janvier 2009, l'Ukraine disposant de réserves de gaz accumulées durant l'été et un contrat l'obligeant à autoriser le transit gazier sur son territoire.
   
"Mais étant donné la manière dont (Kiev) respecte ses obligations de paiement des livraisons, nous ne pouvons être sûrs à 100% que ses obligations de transit seront respectées", a-t-il déclaré.
   
Mardi, la présidence ukrainienne a assuré "une nouvelle fois que l'Ukraine est et sera le transitaire fiable du gaz russe vers les consommateurs européens".

Première publication : 31/12/2008

COMMENTAIRE(S)