Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

Culture

L'affaire Polanski, du procès au film

©

Texte par Daphné SEGRETAIN

Dernière modification : 28/09/2009

Dans un documentaire consacré à la vie de Roman Polanski, la réalisatrice Marina Zenovich revient sur l’affaire de mœurs qui a obligé le cinéaste polonais à fuir les États-Unis en 1977. Sortie en France à la réouverture du procès.

Trente ans après sa fuite des Etats-Unis, où il risque la prison pour avoir eu des relations sexuelles avec une adolescente, le cinéaste polonais Roman Polanski a demandé à la justice californienne d’abandonner les poursuites. Pour ses avocats, il existe aujourd’hui des nouveaux éléments qui permettraient le classement définitif de la plainte pour viol. Une requête enregistrée en décembre dernier cite abondamment les témoignages recueillis par la réalisatrice américaine Marina Zenovich, dont le documentaire "Roman Polanski: Wanted and Desired" a été diffusé aux Etats-Unis en juillet.


Une heure et trente huit minutes de témoignages, d’images d’archive inédites et d’entretien exclusifs : la réalisatrice propose au public une relecture complète de l’affaire. Parmi ses interviews exclusives, celle de la victime, Samantha Geimer, aujourd’hui âgée de 45 ans, qui a présenté publiquement ses excuses en 2002, lors de la nomination aux Oscars du film de Polanski "Le Pianiste".


On trouve aussi celle de l’ancien procureur générale Roger Gunson et celle de Douglas Dalton, l’avocat du réalisateur polonais. Autant d’entretiens qui permettent de mieux comprendre la machinerie judiciaire qui l’a conduit à la condamnation et à l’exil. L'actrice Mia Farrow, que Polanski avait dirigée dans "Rosemary's Baby" (1968), revient sur les faits.


Pour clarifier certains événements, la réalisatrice est également allée à la rencontre de la journaliste à scandale Marilyn Beck, qui avait couvert l'affaire à l’époque des faits. Le film s’attarde, en outre, sur le comportement étonnant du juge Laurence Rittenband, qui dissimulait mal son affection pour les procès médiatiques.
 

 

Extrait du film "Roma Polanski: Wanted and Desired" de Marina Zenovich

 

  

 

"Roman Polanski: Wanted and Desired" pénètre une nouvelle fois dans les arcanes d’une histoire complexe, et présente sous un jour nouveau la décision de Polanski de quitter les Etats-Unis.

 

 

 

Retour sur les épisodes noirs de la vie du cinéaste

 

 

Durant la Seconde Guerre mondiale, Roman Polanski a passé son enfance dans le ghetto de Cracovie, en Pologne, d’où il réchappe à l’âge de 10 ans. Sa mère, elle, est assassinée par les nazis.


Vingt ans plus tard, la censure stalinienne l’incitera à quitter son pays natal. En 1969, alors qu’il est installé à Los Angeles, sa femme Sharon Tate, alors enceinte de 8 mois, est assassinée par les séides du gourou psychopathe Charles Manson. Huit ans plus tard, Polanski, alors âgé de 47 ans, est accusé d’avoir abusé d’un modèle de 13 ans qu’il aurait droguée, lors d’une séance photo pour le magazine Vogue Hommes.

 

Accusé de viol par la mère de la jeune fille, il est déclaré coupable de détournement de mineur. Après un an de procédure, il s’envole pour Londres avant de s’installer en France.


Depuis son premier long métrage "Le Couteau dans l’eau" (1962), Polanski n’a cessé de s’intéresser aux maux de l’âme, tout en tissant une mystérieuse correspondance entre sa vie et son œuvre.


30 ans après, Polanski rouvre le procès

 

 

Les défenseurs de Roman Polanski ont affirmé avoir mis au jour de nouvelles preuves montrant que le réalisateur, aujourd'hui âgé de 75 ans, n'avait pas bénéficié à l'époque d'une procédure pénale équitable à Los Angeles.


Les avocats, Chad Hummel et Bart Dalton, ont expliqué à l'AFP que le documentaire de Zenovich avait mis en évidence "un ensemble de mauvais comportements et de communications entre la Cour et le bureau du procureur, en violation de l’égalité devant la loi, et sans que l'accusé ni ses avocats en aient eu connaissance".


Selon eux, cette affaire constitue "un exemple classique de la façon dont le système judiciaire américain peut être utilisé à mauvais escient (et) les droits du justiciable foulés aux pieds, via une mauvaise alliance entre les tribunaux et les parquets."


La première audience aura lieu le 21 janvier, sans qu’on sache si la justice américaine est vraiment prête à raviser son jugement ?


 
 

Première publication : 31/12/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)