Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Les patrons de l'énergie française à l'heure de la transition

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

Moyen-Orient

M. Abbas menace de renoncer aux négociations de paix

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 31/12/2008

Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré qu'il n'hésitera pas "à arrêter les négociations avec Israël" si elles "offrent une caution à l'agression" dans la bande de Gaza. Le Hamas se dit prêt à examiner toute proposition.

Retrouvez les témoignages de nos Observateurs sur l'offensive isréalienne à Gaza.
 

À lire également sur les Observateurs: "La technologie sera-t-elle décisive à Gaza ?"


Et : "Les chefs de la diplomatie de l'UE se réunissent d'urgence à Paris"

  


Le président palestinien Mahmoud Abbas a menacé mercredi de renoncer aux négociations de paix avec Israël faute de progrès et pour ne pas cautionner l'"agression" de l'Etat hébreu dans la bande de Gaza.

  

"Le conflit (israélo-palestinien) ne prendra pas fin si le vaillant peuple palestinien ne recouvre pas ses droits. Par conséquent, à quoi servent les négociations si les portes restent fermées", a déclaré M. Abbas dans un discours télévisé à l'occasion du 44ème anniversaire de la proclamation de son parti, le Fatah, comme un mouvement de résistance.

  

"Bien que nous soyons convaincus de la stratégie et de l'objectif et en dépit de notre désir de ne pas revenir en arrière, nous ne voyons aucune utilité à les poursuivre (les négociations) de la façon dont elles se sont déroulées jusqu'à présent", a ajouté M. Abbas.

  

Il a affirmé qu'il "n'hésitera pas à arrêter" les négociations "si elles vont à l'encontre de nos intérêts et offrent une caution à l'agression", une allusion à l'offensive israélienne dans la bande de Gaza qui a fait plus de 390 morts depuis samedi.

  

Il a dénoncé comme une "agression barbare et criminelle" cette offensive dans la bande de Gaza, un territoire contrôlé par ses rivaux du mouvement islamiste Hamas qui en ont délogé ses partisans en juin 2007. Il aussi accusé Israël d'y commettre "le massacre le plus sanglant".

  

"Notre peuple aura d'autres alternatives si son choix actuel (les négociations) devait se montrer vain ou si l'agression, la colonisation et la confiscation des terres devaient se poursuivre, ôtant tout sens" aux négociations, a-t-il ajouté.

  

Relancées en novembre 2007, les négociations israélo-palestiniennes, qui étaient censées aboutir en 2008, n'ont enregistré aucune percée depuis, se heurtant à la poursuite de la colonisation juive, les violences à Gaza, les divisions palestiniennes et les bouleversements politiques en Israël.

 
Le Hamas prêt à examiner une proposition de trêve
 

Le Hamas s'est dit mercredi prêt à examiner les propositions de trêve avec Israël, quelques instants seulement après que le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, ait jugé que les conditions n'étaient pas réunies pour l'arrêt des raids sur Gaza.

 

Le mouvement islamiste étudiera toute "initiative qui impose à Israël l'arrêt des attaques et la levée totale du blocus", a déclaré un de ses responsables, Aymane Taha.

 

Cinq jours après le déclenchement de l'offensive aérienne d'Israël contre les activistes contrôlant Gaza, qui a fait au moins 385 morts, les puissances occidentales accentuent leurs pressions sur Israël et le Hamas pour un arrêt des hostilités.





Note:  En raison du nombre de réactions d'internautes sur le conflit à Gaza, la rédaction de France 24 a décidé de ne publier que les plus concises, pertinentes et respectueuses. (Regardez La Charte de modération de France 24)

 

 

Première publication : 31/12/2008

COMMENTAIRE(S)