Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

EUROPE EUROPE

Pressions diplomatiques en vue d'une trêve

Vidéo par Laure CONSTANTINESCO

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 31/12/2008

Israël a rejeté la proposition française portant sur un cessez-le-feu provisoire dans son offensive contre le Hamas dans la bande de Gaza, mais continue d’examiner d’autres propositions en vue de l'instauration d'une trêve permanente.

Retrouvez les témoignages de nos Observateurs sur l'offensive isréalienne à Gaza.
 

À lire également sur les Observateurs: "La technologie sera-t-elle décisive à Gaza ?"


Et : "Les chefs de la diplomatie de l'UE se réunissent d'urgence à Paris"

 
Au cinquième jour de l’offensive israélienne sur la bande de Gaza, les attaques continuent, mais la diplomatie gagne du terrain en vue de parvenir à une trêve entre Israël et le Hamas.
 

Le cabinet israélien de sécurité, qui s’est réuni ce mercredi à Tel Aviv, a jugé peu réaliste la proposition française d’un cessez-le feu de 48 heures pour des raisons humanitaires, estimant qu’elle ne garantissait pas l’arrêt des tirs de roquettes palestiniennes. Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, avait avancé cette idée à l’issue d’une réunion, mardi soir à Paris, avec ses homologues de l’Union européenne (UE).

L'UE, le Quartette pour le Proche-Orient ansi que les Etats-Unis et l'Egypte ont chacun appelé à une trêve. Au Caire, le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a notamment appelé les Palestiniens à tenir "immédiatement" une réunion de réconciliation à l'ouverture ce mercredi d'une réunion extraordinaire des chefs de la diplomatie arabes au Caire.

 
"Pour qu'une telle trêve soit envisageable, il nous faut des garanties, des conditions. Il faut que le Hamas cesse ses tirs de roquettes, qu'il cesse de s'approvisionner en armes, qu'il cesse sa course aux armements. Ce sont des conditions indispensables pour qu'une trêve permanente soit envisagée sérieusement", a expliqué à l'AFP le porte-parole parole du ministère israélien des Affaires étrangères Yigal Palmor.
 




A Gaza, une accalmie précaire a été constatée ce mercredi à l’aube. Selon Radjaa Abou Daga, correspondant de FRANCE 24 à Gaza (un des rares journalistes présent dans cette zone), "les attaques ont cessé dans la ville de Gaza, mais pas au nord et au sud de la bande de Gaza". Depuis samedi, le bilan des bombardements côté palestinien s'élève à 384 morts et plus de 800 blessés, selon des sources médicales. L'agence de l'ONU chargée des réfugiés palestiniens dénombre au moins 62 civils figurent parmi les tués.

 
Un autre responsable israélien a suggéré que la France pourrait proposer des amendements à son plan de trêve. Tzipi Livni, ministre israélienne des Affaires étrangères, doit être reçue jeudi 1er janvier 2009, à Paris par Nicolas Sarkozy. Le président français pourrait profiter de sa venue au Liban le 6 janvier pour se rendre en Israël.


Beersheva, touchée par des roquettes pour la première fois


Israël continue d’examiner d’autres propositions en vue de l'instauration d'une trêve permanente avec le Hamas. Mardi soir, l’UE, le Quartette pour le Proche-Orient ainsi que les Etats-Unis et l’Egypte ont chacun appelé à une trêve. "Il y a un dialogue avec ces parties dans le but d'aboutir à un projet sérieux de trêve permanente sous certaines conditions" qui permettraient un arrêt "total" des tirs de roquettes palestiniennes, a déclaré le porte-parole parole du ministère israélien des Affaires étrangères Yigal Palmor.

 
Deux roquettes de longue portée tirées par des groupes palestiniens ont atteint la région de Beersheva, la capitale du sud d'Israël, sans faire de blessés. C’est la première fois que cette ville, située à une quarantaine de kilomètres de la bande de Gaza, est visée. "On vient d’assister à un tir de roquette Qassam juste derrière nous", raconte Lucas Menget, envoyé spécial FRANCE 24 situé mercredi matin au point de passage d’Erez, dans le Sud d’Israël. "C’est dire si le Hamas a encore quelques ressources."

  
La bande de Gaza fermée aux journalistes

 
Lucas Menget précise que la bande de Gaza reste fermée aux journalistes depuis le début de l’offensive. "On peut parler de stratégie militaire car les journalistes internationaux sont uniquement témoins des tirs de roquettes palestiniennes et ne voient rien de ce qui se passe dans Gaza", explique-t-il.


 

2500 réservistes supplémentaires ont été appelés. (Crédit AFP)



Au moins un Palestinien, un médecin, a été tué dans de nouveaux raids aériens et tirs de la marine israélienne qui ont touché des bâtiments ministériels et une maison dans le camp de réfugiés de Jabalia, au nord de la ville de Gaza.

 
Par ailleurs, la possibilité d’une attaque terrestre n’est toujours pas écartée. Le ministre de la Défense avait obtenu le feu vert à la mobilisation d'un nouveau contingent de 2 500 réservistes. "Si un cessez-le-feu est accepté, il mettra plusieurs jours à entrer en application, estime Marc de Chalvron, correspondant FRANCE 24 à Jérusalem. Cela laisserait encore la possibilité à l’armée israélienne de faire des incursions terrestres, même brèves."

   
L'offensive israélienne intervient à six semaines des élections législatives du 10 février
, pour lesquelles le Likoud de l'ancien Premier ministre Benyamin Netanyahu est donné favori par les sondages.


Note:  En raison du nombre de réactions d'Internautes sur le conflit à Gaza, la rédaction de France 24 a décidé de ne publier que les plus concises, pertinentes et respectueuses. (Regardez La Charte de modération de France 24)

Première publication : 31/12/2008

COMMENTAIRE(S)