Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Collectif"

En savoir plus

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • EN IMAGES : les meilleurs moments du Mondial

    En savoir plus

  • Scènes de liesse à Berlin, tristesse et violences à Buenos Aires

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

Canberra refuse d'accueillir d'anciens détenus de Guantanamo

©

Dernière modification : 03/01/2009

Le Vice-Premier ministre australien Julia Gillard a rejeté la demande des États-Unis d'accueillir sur son territoire des prisonniers libérés de la base militaire de Guantanamo. Elle invoque notamment des raisons de sécurité nationale.

AFP - Le gouvernement australien a formellement indiqué samedi qu'il n'accueillerait pas de détenus libérés du centre de détention américain de Guantanamo, malgré la demande des autorités américaines.
   
Le vice-Premier ministre australien Julia Gillard a indiqué que son gouvernement avait avisé samedi les autorités américaines qu'il ne pouvait pas accéder à leur demande.
   
"La demande reçue en décembre dernier a été repoussée", a déclaré à des journalistes Mme Gillard, qui assure l'intérim du Premier ministre Kevin Rudd, en vacances.
   
Mme Gillard avait indiqué vendredi que "bien qu'il soit peu probable que l'Australie accepte ces détenus, cette requête formulée par l'administration Bush, (devait) être examinée avec soin".
   
Samedi, elle a précisé que le gouvernement avait pris cette décision pour des raisons de sécurité nationale.
   
Cette décision intervient après les protestations de l'opposition conservatrice, opposée à l'arrivée d'anciens détenus de Guantanamo.
   
Samedi dernier un porte-parole du Premier ministre australien avait indiqué, dans le journal australien The Weekend, que le gouvernement australien pourrait accepter, sur requête des Etats-Unis, l'installation en Australie de détenus libérés de Guantanamo, mais seulement après une évaluation rigoureuse au cas par cas.
   
Le président élu Barack Obama a promis de fermer le centre de détention de Guantanamo Bay, situé dans une enclave américaine à Cuba, après sa prise de fonction en janvier, suscitant des questions sur le sort des 250 personnes encore détenues sans inculpation ni procès.
   
Une partie de ces prisonniers, qualifiés d'"ennemis combattants" et capturés depuis 2001 à travers le monde par les forces américaines et leurs alliées au cours de ce que Washington a appelé sa "guerre contre le terrorisme", pourraient être installés à l'étranger.
   
Deux Australiens anciennement détenus à Guantanamo sont déjà rentrés dans leur pays: après cinq ans passés à Guantanamo, David Hicks, surnommé le "Taliban australien", a été reconnu coupable de soutien matériel au terrorisme et a purgé en Australie les neuf derniers mois de sa peine avant d'être libéré fin 2007. Un autre Australien, Mamdouh Habib, avait été libéré de Guantanamo sans inculpation en 2005.

Première publication : 03/01/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)