Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Canberra refuse d'accueillir d'anciens détenus de Guantanamo

Dernière modification : 03/01/2009

Le Vice-Premier ministre australien Julia Gillard a rejeté la demande des États-Unis d'accueillir sur son territoire des prisonniers libérés de la base militaire de Guantanamo. Elle invoque notamment des raisons de sécurité nationale.

AFP - Le gouvernement australien a formellement indiqué samedi qu'il n'accueillerait pas de détenus libérés du centre de détention américain de Guantanamo, malgré la demande des autorités américaines.
   
Le vice-Premier ministre australien Julia Gillard a indiqué que son gouvernement avait avisé samedi les autorités américaines qu'il ne pouvait pas accéder à leur demande.
   
"La demande reçue en décembre dernier a été repoussée", a déclaré à des journalistes Mme Gillard, qui assure l'intérim du Premier ministre Kevin Rudd, en vacances.
   
Mme Gillard avait indiqué vendredi que "bien qu'il soit peu probable que l'Australie accepte ces détenus, cette requête formulée par l'administration Bush, (devait) être examinée avec soin".
   
Samedi, elle a précisé que le gouvernement avait pris cette décision pour des raisons de sécurité nationale.
   
Cette décision intervient après les protestations de l'opposition conservatrice, opposée à l'arrivée d'anciens détenus de Guantanamo.
   
Samedi dernier un porte-parole du Premier ministre australien avait indiqué, dans le journal australien The Weekend, que le gouvernement australien pourrait accepter, sur requête des Etats-Unis, l'installation en Australie de détenus libérés de Guantanamo, mais seulement après une évaluation rigoureuse au cas par cas.
   
Le président élu Barack Obama a promis de fermer le centre de détention de Guantanamo Bay, situé dans une enclave américaine à Cuba, après sa prise de fonction en janvier, suscitant des questions sur le sort des 250 personnes encore détenues sans inculpation ni procès.
   
Une partie de ces prisonniers, qualifiés d'"ennemis combattants" et capturés depuis 2001 à travers le monde par les forces américaines et leurs alliées au cours de ce que Washington a appelé sa "guerre contre le terrorisme", pourraient être installés à l'étranger.
   
Deux Australiens anciennement détenus à Guantanamo sont déjà rentrés dans leur pays: après cinq ans passés à Guantanamo, David Hicks, surnommé le "Taliban australien", a été reconnu coupable de soutien matériel au terrorisme et a purgé en Australie les neuf derniers mois de sa peine avant d'être libéré fin 2007. Un autre Australien, Mamdouh Habib, avait été libéré de Guantanamo sans inculpation en 2005.

Première publication : 03/01/2009

COMMENTAIRE(S)