Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "sains et saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Irak : offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

EUROPE

Gazprom cherche à contourner l'Ukraine pour fournir l'UE

Vidéo par Pauline PACCARD

Dernière modification : 03/01/2009

Alors que l'Union européenne appelle à la continuité de l'acheminement de gaz vers l'Europe, le géant russe Gazprom a affirmé chercher des voies alternatives pour ne plus dépendre de l'Ukraine, pays dont il a coupé la fourniture de gaz.

AFP - Une première baisse de l'arrivée de gaz en Union européenne en provenance de Russie via l'Ukraine a été constatée vendredi, alors que le géant russe Gazprom a annoncé chercher des itinéraires alternatifs d'acheminement de l'or bleu vers l'ouest.
   
La Hongrie a vu ses livraisons réduites de 10 millions de mètres cube, par rapport aux 42 millions prévus dans son contrat, a indiqué la Commission européenne dans un communiqué.
   
La Pologne a de son côté signalé une baisse de 6% des livraisons reçues par rapport aux volumes contractuels, un chiffre confirmé par la Commission.
   
Néanmoins cette baisse est compensée par des livraisons via le Bélarus et n'est pas ressentie par les consommateurs, selon l'opérateur des gazoducs polonais Gaz-Systema.
   
La Russie a coupé jeudi l'approvisionnement en gaz de l'Ukraine faute d'un accord sur le prix des livraisons pour 2009 et sur des arriérés de paiement, faisant craindre une répétition du scénario de 2006.
   
Un différend russo-ukrainien avait à l'époque perturbé l'approvisionnement de plusieurs pays de l'UE et Moscou avait accusé les Ukrainiens de prélever pour leur usage du gaz destiné à l'Europe.
   
Le géant russe Gazprom a indiqué qu'il cherchait d'autres voies de transit pour ne plus dépendre de l'Ukraine.
   
"Nous pensons qu'il est nécessaire de développer, dès que possible, des itinéraires alternatifs et nous espérons que l'Europe prendra toutes les mesures nécessaires pour soutenir la réalisation de ce projet", a déclaré vendredi à la BBC le vice-président de Gazprom, Alexandre Medvedev.
   
M. Medvedev doit entamer une tournée des capitales européennes pour exposer son point de vue sur la crise gazière russo-ukrainienne.
   
Il se rendra samedi à Prague, parmi d'autres étapes envisagées figurent Londres, Paris, Vienne, Bruxelles et Berlin, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la compagnie.
   
But du voyage: "rencontrer la presse et les autorités", a-t-il expliqué.
   
Une délégation ukrainienne pilotée par le ministre de l'Energie Iouri Prodan a aussi entrepris vendredi une tournée européenne pour donner son point de vue sur le différend.
   
"L'objectif principal de la tournée est d'apporter les explications nécessaires aux pays membres de l'UE sur la situation du transport du gaz russe vers l'Ukraine et les pays de l'UE, de donner des garanties sur le transit par le territoire ukrainien", a indiqué un communiqué de la présidence ukrainienne.
   
A Prague vendredi, les émissaires ukrainiens ont rencontré le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek avant de partir pour Bratislava, où ils ont demandé l'appui de l'UE dans les négociations avec la Russie, selon le ministère slovaque de l'Economie.
   
Ils ont ensuite gagné Berlin où ils ont discuté dans la soirée avec de hauts responsables allemands, a-t-on appris de source proche des entretiens.
   
De son côté, la présidence tchèque de l'UE a appelé dans un communiqué "à une solution urgente à la dispute commerciale entre la Fédération de Russie et l'Ukraine, et une reprise immédiate des livraisons complètes de gaz aux pays membres de l'UE".
   
Gazprom a accusé vendredi l'Ukraine de prélever du gaz russe transitant vers l'Europe, une allégation démentie par la compagnie d'Etat ukrainienne Naftogaz qui a à son tour accusé la Russie de ne pas avoir livré le volume nécessaire devant transiter par le territoire ukrainien vers l'UE.
   
Gazprom a déjà durci sa position vis-à-vis de Kiev après lui avoir coupé le gaz jeudi à 07H00 GMT faute de signature d'un nouveau contrat pour l'approvisionnement de l'Ukraine avant la date limite du 31 décembre.
   
La société russe réclame désormais le "prix européen" de 418 dollars pour 1.000 m3 de gaz pour livrer cet hydrocarbure à l'Ukraine, cette dernière ayant rejeté la proposition russe d'un tarif réduit de 250 dollars.
   
Naftogaz s'est dit prêt à payer 235 dollars et réclamait une hausse de 1,7 à 1,8 dollar du prix du transit de 1.000 m3 de gaz sur 100 km à travers l'Ukraine.
   
Gazprom réclamait le paiement de plus de deux milliards de dollars de dettes ukrainiennes, et la société des hydrocarbures Naftogaz n'a remboursé qu'environ 1,5 milliard de dollars.
   
Les entreprises Gazprom et Naftogaz ont assuré être prêtes à reprendre les négociations, tout en s'accusant mutuellement d'en empêcher la reprise.

Première publication : 03/01/2009

COMMENTAIRE(S)