Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Grèce, la victoire de Syriza doit-elle inquiéter les Européens ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Union Africaine, est-ce vraiment une union ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande, le "Hitler" d'Al Watan Al An

En savoir plus

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

Amériques

Raul Castro se dit prêt à discuter directement avec Obama

Dernière modification : 03/01/2009

Raul Castro tend à son tour la main au président élu américain, qui avait déclaré en décembre dernier qu'il était disposé à discuter directement avec les autorités cubaines. L'île est soumise depuis 47 ans à un embargo américain.

AFP - Le président cubain Raul Castro a déclaré vendredi soir qu'il était prêt à dialoguer directement "sans intermédiaires" et d'égal à égal avec le président américain élu Barack Obama.

Barack Obama avait déclaré au début du mois de décembre dernier qu'il était prêt à discuter directement avec le président cubain Raul Castro, qui a remplacé son frère Fidel, écarté du pouvoir pour raison de santé.

"Un geste pour un geste. Nous sommes disposés à dialoguer n'importe quand, quand vous le voudrez, sans intermédiaires, directement, mais nous ne sommes pas pressés", a notamment affirmé Raul Castro dans une interview à la télévision locale

Le président cubain avait également déclaré le mois dernier être disposé à dialoguer d'égal à égal, "sans carotte ni bâton", avec Barack Obama, favorable à une détente avec l'île communiste soumise depuis 47 ans à un embargo américain.

Première publication : 03/01/2009

COMMENTAIRE(S)