Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora, directeur de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt va-t-en-guerre

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

FRANCE

Fini l'ANPE et les Assedic, place au Pôle emploi

Dernière modification : 05/01/2009

Avec la naissance de Pôle emploi se substituant à l'ANPE et aux Assedic, l'influence de l'État va se renforcer dans la gestion de l'emploi. Mais les chômeurs devront attendre octobre 2009 pour avoir droit au fameux "guichet unique".

AFP - Finis l'ANPE et les Assedic, place à Pôle emploi: le "grand service public de l'emploi" voulu par Nicolas Sarkozy, entre effectivement en scène le 5 janvier, mais les demandeurs d'emploi devront attendre octobre 2009 pour avoir droit au fameux "guichet unique".

Cette d'un organisme public - l'ANPE - et d'un organisme privé - les Assedic, gérées par le patronat et les syndicats - est en soi une révolution. Pôle emploi, dont la naissance intervient sur fonds de récession et de forte hausse du nombre de demandeurs d'emploi, a le statut d'une "institution nationale publique" autonome.

Le gouvernement est parvenu à vaincre les préventions des partenaires sociaux, gestionnaires de l'assurance chômage depuis la naissance du régime en 1959. Mais, sur le papier au moins, patronat et syndicats continueront de décider seuls du mode d'indemnisation des demandeurs d'emploi, au sein de l'Unedic, réduite à peau de chagrin.

Objectif avoué: créer un service anti-chômage performant et privilégiant, selon le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez, "une culture de résultat".

"Nous sommes sans doute le seul pays où le suivi de la recherche effective de l'emploi est assuré par trois institutions: l'Etat, l'assurance chômage et l'ANPE. Autant dire qu'elle n'est suivie par personne!", avait déclaré en septembre 2007 le Président Sarkozy, déterminé à appliquer cette promesse de campagne.

Le projet s'inspire des "Jobcentres Plus" britanniques où "un meilleur service rendu aux demandeurs d'emploi" a "pour contrepartie un contrôle accru" de la recherche d'un travail.

L'individualisation est le maître-mot. Un conseiller ne devrait suivre que 60 demandeurs d'emploi maximum (30, pour les publics les plus fragiles), contre une moyenne de 80 aujourd'hui.

Pôle emploi sera le seul organisme à s'occuper d'accueillir, orienter, placer et indemniser les demandeurs d'emploi. Le gouvernement a renoncé à lui confier la formation des chômeurs.

Ses responsables promettent "une amélioration visible" immédiate. Le 5 janvier pourtant, le bébé se résumera pour les usagers à un numéro de téléphone unique (39 49) et au site internet www.pole-emploi.fr.

Pour la généralisation du guichet unique sous un même toit - déjà expérimenté -, les chômeurs devront patienter au mieux jusqu'à octobre 2009 car le nouveau maillage sur le territoire français n'est pas arrêté.

La tâche est considérable. L'ANPE, ce sont près de 30.000 agents dans 824 agences. Les Assedic, 14.000 employés dans 639 antennes.

"De janvier à septembre, il y aura une simplification du mécanisme d'inscription pour supprimer toutes les redondances actuelles. On mettra en place progressivement les référents uniques pour que la personne qui suit le demandeur d'emploi soit capable de répondre sur son indemnisation et son placement", selon Christian Charpy, prochain directeur général de Pôle emploi.

Aujourd'hui, seulement 63% des chômeurs sont reçus le même jour pour leur inscription Assedic et leur entretien ANPE, rarement au même endroit et par la même personne.

I faut former les personnels à deux métiers distincts: orientation-placement et indemnisation. Sept jours sont prévus pour les agents Assedic, trois pour ceux de l'ANPE. "Largement insuffisant", selon les syndicats.

Dès son début, Pôle emploi est dans l'oeil du cyclone. Avec la crise, les inscriptions affluent tandis qu'une grève est programmée lundi, jour de son lancement, puis une autre jeudi.

"On appréhende beaucoup des situations de tension qui risquent de se multiplier si le service aux usagers n'est pas rendu correctement", affirme Noël Daucé (SNU-ANPE, affilié à la FSU).
 

Première publication : 05/01/2009

COMMENTAIRE(S)