Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

FRANCE

Fini l'ANPE et les Assedic, place au Pôle emploi

Dernière modification : 05/01/2009

Avec la naissance de Pôle emploi se substituant à l'ANPE et aux Assedic, l'influence de l'État va se renforcer dans la gestion de l'emploi. Mais les chômeurs devront attendre octobre 2009 pour avoir droit au fameux "guichet unique".

AFP - Finis l'ANPE et les Assedic, place à Pôle emploi: le "grand service public de l'emploi" voulu par Nicolas Sarkozy, entre effectivement en scène le 5 janvier, mais les demandeurs d'emploi devront attendre octobre 2009 pour avoir droit au fameux "guichet unique".

Cette d'un organisme public - l'ANPE - et d'un organisme privé - les Assedic, gérées par le patronat et les syndicats - est en soi une révolution. Pôle emploi, dont la naissance intervient sur fonds de récession et de forte hausse du nombre de demandeurs d'emploi, a le statut d'une "institution nationale publique" autonome.

Le gouvernement est parvenu à vaincre les préventions des partenaires sociaux, gestionnaires de l'assurance chômage depuis la naissance du régime en 1959. Mais, sur le papier au moins, patronat et syndicats continueront de décider seuls du mode d'indemnisation des demandeurs d'emploi, au sein de l'Unedic, réduite à peau de chagrin.

Objectif avoué: créer un service anti-chômage performant et privilégiant, selon le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez, "une culture de résultat".

"Nous sommes sans doute le seul pays où le suivi de la recherche effective de l'emploi est assuré par trois institutions: l'Etat, l'assurance chômage et l'ANPE. Autant dire qu'elle n'est suivie par personne!", avait déclaré en septembre 2007 le Président Sarkozy, déterminé à appliquer cette promesse de campagne.

Le projet s'inspire des "Jobcentres Plus" britanniques où "un meilleur service rendu aux demandeurs d'emploi" a "pour contrepartie un contrôle accru" de la recherche d'un travail.

L'individualisation est le maître-mot. Un conseiller ne devrait suivre que 60 demandeurs d'emploi maximum (30, pour les publics les plus fragiles), contre une moyenne de 80 aujourd'hui.

Pôle emploi sera le seul organisme à s'occuper d'accueillir, orienter, placer et indemniser les demandeurs d'emploi. Le gouvernement a renoncé à lui confier la formation des chômeurs.

Ses responsables promettent "une amélioration visible" immédiate. Le 5 janvier pourtant, le bébé se résumera pour les usagers à un numéro de téléphone unique (39 49) et au site internet www.pole-emploi.fr.

Pour la généralisation du guichet unique sous un même toit - déjà expérimenté -, les chômeurs devront patienter au mieux jusqu'à octobre 2009 car le nouveau maillage sur le territoire français n'est pas arrêté.

La tâche est considérable. L'ANPE, ce sont près de 30.000 agents dans 824 agences. Les Assedic, 14.000 employés dans 639 antennes.

"De janvier à septembre, il y aura une simplification du mécanisme d'inscription pour supprimer toutes les redondances actuelles. On mettra en place progressivement les référents uniques pour que la personne qui suit le demandeur d'emploi soit capable de répondre sur son indemnisation et son placement", selon Christian Charpy, prochain directeur général de Pôle emploi.

Aujourd'hui, seulement 63% des chômeurs sont reçus le même jour pour leur inscription Assedic et leur entretien ANPE, rarement au même endroit et par la même personne.

I faut former les personnels à deux métiers distincts: orientation-placement et indemnisation. Sept jours sont prévus pour les agents Assedic, trois pour ceux de l'ANPE. "Largement insuffisant", selon les syndicats.

Dès son début, Pôle emploi est dans l'oeil du cyclone. Avec la crise, les inscriptions affluent tandis qu'une grève est programmée lundi, jour de son lancement, puis une autre jeudi.

"On appréhende beaucoup des situations de tension qui risquent de se multiplier si le service aux usagers n'est pas rendu correctement", affirme Noël Daucé (SNU-ANPE, affilié à la FSU).
 

Première publication : 05/01/2009

COMMENTAIRE(S)