Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

FRANCE

Des centaines de voyageurs bloqués par la neige à Roissy

Dernière modification : 06/01/2009

En raison des fortes chutes de neige qui ont frappé la région parisienne, de nombreux vols au départ de l'aéroport Charles de Gaulle ont été retardés ou annulés, bloquant plusieurs centaines de voyageurs mécontents.

AFP - Des queues de plusieurs dizaines de mètres aux comptoirs d'enregistrement, des passagers allongés sur des banquettes, d'autres, furieux, scotchés à leur téléphone portable: plusieurs centaines de personnes étaient bloquées lundi soir à l'aéroport de Roissy en raison des retards de vols causés par la neige.
   
"Entre 20 et 30 % des vols ont été annulés lundi", a expliqué à l'AFP Franck Goldnadel, directeur de permanence chez Aéroports de Paris (ADP).
   
Parmi les compagnies aériennes, Air France a dû annuler en définitive 150 de ses vols sur les 400 programmés depuis le début de l'après-midi de lundi, a indiqué Anne Rigail, responsable des opérations à Air France sur l'aéroport de Roissy.
   
Vers 22H00, au terminal 2E, l'un des terminaux avec le 2F d'où décollent et atterrissent la majeure partie des vols de la compagnie aérienne française, plusieurs centaines de passagers étaient dans l'attente.
   
Dans ce terminal par endroits bondé, des files d'attente s'étalaient sur plusieurs dizaines de mètres vers les comptoirs d'enregistrement des bagages ou vers les guichets d'information.
   
Accoudé sur sa valise, Christophe Lefèvre attend patiemment avec sa compagne Marie, enceinte de six mois, et son petit garçon de trois ans. Son avion, prévu à 13H15 à destination de Séoul a été annulé. "On nous a fait embarquer vers 14H00. Puis on nous a fait attendre environ quatre heures dans l'avion, pour finalement nous dire qu'il ne décollerait pas", explique-t-il.
   
"Air France nous a donné du pain sec et de l'eau et on nous a dit de quitter l'avion. Comme nous n'avons pas trouvé de solution, mon père est obligé de faire 300 km de Normandie pour venir nous chercher", ajoute ce trentenaire qui devra finalement attendre vendredi pour prendre un autre vol.
   
A quelques mètres de là, un homme perdu dans une file d'attente s'impatiente. "J'arrive de Bordeaux et je devais m'envoler pour Newcastle. Le vol a été annulé. Est-ce que vous voyez quelqu'un pour me renseigner ?"
   
Assise sur un fauteuil, Natalia garde le sourire, mais paraît inquiète. "Mon vol pour Moscou a été annulé. J'attends depuis 16H00 ici. On me dit qu'il y a un autre vol demain matin à 7H20 mais personne n'arrive à me dire si je pourrais le prendre ou pas", explique cette jeune Russe de 24 ans.
   
Poussant son porte-bagage, une Française fait la queue pour obtenir des informations. "C'est honteux ! Air France nous a donné un numéro de téléphone mais nous n'arrivons à joindre personne. Il doit y avoir tellement de gens qui appellent que c'est saturé", déplore-t-elle.
   
Chez Air France, on explique que "plus de 2.000 voyageurs ont été hébergés dans des hôtels situés sur la plate-forme aéroportuaire ou à Paris". "Le problème, c'est que la capacité des hôtels ne nous permet pas d'héberger tout le monde et de répondre à ce cas de force majeure. On le regrette fortement", explique Anne Rigail.
   
"En contrepartie, nous donnons des couvertures et des sandwiches aux passagers. Nous essayons de déployer tous les moyens à notre disposition pour minimiser les problèmes", ajoute-t-elle.
   
 La quarantaine de vols d'Air France prévue dans la nuit devait être assurée, selon la compagnie aérienne.
   
 "Dès demain nous ferons notre maximum pour acheminer les passagers à leur destination en les faisant passer par d'autres aéroports comme celui d'Amsterdam", assure Anne Rigail.
 

Première publication : 06/01/2009

COMMENTAIRE(S)