Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Les États-Unis réclament un cessez-le-feu immédiat

Dernière modification : 06/01/2009

Après avoir demandé au président syrien de "peser" sur le Hamas, Nicolas Sarkozy doit de nouveau rencontrer son homologue égyptien, avant son retour en France. De leur côté, les États-Unis demandent un cessez-le-feu "immédiat".

Posez vos questions aux journalistes de FRANCE 24 envoyés en Israël et dans les territoires palestiniens.

 

Regardez le reportage : "Israël autorise les étrangers à évacuer Gaza".

 

A lire aussi, le billet de l’un de nos Observateurs israéliens, Joel Schalit, qui décrypte la crise à Gaza: "De Gaza à Téhéran"

 

 
AFP -
Les Etats-Unis ont réclamé mardi un cessez-le-feu "immédiat" et "durable" dans la bande de Gaza, au onzième jour de l'offensive israélienne contre le Hamas.
"Nous voudrions un cessez-le-feu immédiat, absolument", a déclaré le porte-parole du département d'Etat Sean McCormack. "Un cessez-le-feu qui soit durable, viable et non limité dans le temps."


La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice est attendue dans la journée au siège des Nations unies à New York pour participer aux efforts en vue d'instaurer une trêve.


Rice devrait s'entretenir avec des ministres arabes et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Elle verra aussi le ministre turc des Affaires étrangères, Ali Babacan.



Première escale, lundi, à Charm el-Cheikh en Egypte (Crédit FRANCE 24)

Le président français Nicolas Sarkozy a confirmé mardi à Beyrouth qu'il retournerait en Egypte sur le chemin du retour pour discuter avec son homologue égyptien Hosni Moubarak de l'initiative engagée par les deux pays en faveur d'un cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

 

"Je rejoindrai de nouveau Charm el-Cheikh juste après ma visite à nos forces armées au Liban pour poursuivre le dialogue engagé depuis hier (lundi) matin en faveur de la paix à Gaza et dans les Territoires palestiniens", a déclaré M. Sarkozy à la presse à l'issue d'un entretien à Beyrouth avec le président libanais Michel Sleimane.

 

"Après nous être de nouveau entretenu au téléphone avec le président Moubarak, je souhaite pouvoir continuer à travailler avec lui, je le suppose jusqu'à tard dans la soirée", a-t-il conclu.


 

Une conférence de presse commune devrait conclure la seconde visite en Egypte de M. Sarkozy, selon une source officielle égyptienne. Le Haut représentant pour la politique extérieure de l'UE, Javier Solana, devrait être également présent à Charm el-Cheikh, a-t-on également indiqué de source européenne.

 

"Un appel commun en faveur d'un arrêt immédiat des hostilités dans la bande de Gaza devrait être lancé", a par ailleurs indiqué à l'AFP une source diplomatique au Caire qui a requis l'anonymat.

 

Cette source a précisé que la France et l'Egypte, qui co-président l'Union pour la Méditerranée, ainsi que l'Union européenne "partagent les mêmes idées dans cette crise" exigeant "un arrêt de l'opération militaire israélienne et des tirs palestiniens de roquettes".

 

Nicolas Sarkozy a entamé lundi par Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, une tournée éclair au Proche-Orient afin de favoriser la fin de l'offensive engagée il y a onze jours par l'armée israélienne contre la bande de Gaza, contrôlée par les islamistes palestiniens du Hamas.

 

Pendant sa tournée, M. Sarkozy a souligné que "l'Egypte avait un rôle majeur à jouer dans la résolution de ce conflit et l'Europe soutenait l'Egypte. On a besoin d'un certain nombre de régimes modérés qui ramènent de la raison dans tout ceci", a-t-il dit.

 

"Il faut un cessez-le-feu qui seul permettra la reprise du processus de paix. Nous travaillons à une initiative commune avec nos amis égyptiens", a-t-il ajouté.

 

Après l'Egypte, le président français avait gagné la Cisjordanie et Israël, où il avait plaidé auprès des dirigeants palestiniens et israéliens en faveur d'un "cessez-le-feu humanitaire de plusieurs jours" dans la bande de Gaza.

 

Israël a cependant de nouveau rejeté l'idée d'un cessez-le-feu qui ne garantirait pas l'arrêt total des tirs de roquettes palestiniennes sur l'Etat hébreu, la raison déclarée de l'offensive en cours.

 

En visite à Damas mardi matin, il avait appelé la Syrie à faire pression sur son allié du Hamas pour un retour de la paix dans la bande de Gaza.

 

L'offensive israélienne a fait plus de 580 morts depuis son lancement le 27 décembre.

  

NB: En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à rester corrects (voir la charte de modération).

Première publication : 06/01/2009

COMMENTAIRE(S)