Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Moyen-Orient

Israël rejette la demande française de cessez-le-feu

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/01/2009

Lors d'une rencontre avec Ehud Olmert, Nicolas Sarkozy a appelé Israël à "cesser les violences" à Gaza. Le Premier ministre israélien a rejeté tout cessez-le-feu "qui ne garantirait pas l'arrêt total des tirs de roquette" du Hamas.

Posez vos questions à nos journalistes envoyés en Israël et dans les Territoires palestiniens.

 

Et regardez le reportage de notre correspondant à Jérusalem: "La Cisjordanie se sent trahie par ses dirigeants".

 

AFP - Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, a rejeté lundi, lors d'une rencontre avec le président français Nicolas Sarkozy, tout cessez-le-feu dans la bande de Gaza qui ne garantirait pas l'arrêt total des tirs de roquettes palestiniennes contre l'Etat hébreu.
   
"Non seulement le Hamas doit arrêter de tirer (des roquettes) mais il ne doit plus être en mesure de tirer" ces roquettes, a affirmé M. Olmert à M. Sarkozy, lors d'un entretien à Jérusalem, selon un haut responsable israélien.
   
"Nous ne pouvons pas accepter un compromis qui permettra au Hamas de tirer (des roquettes) dans deux mois contre les villes israéliennes", a-t-il ajouté.
   
"Le but de l'opération n'est pas de mettre fin au pouvoir du Hamas, même si nous pouvons le faire", a insisté le responsable israélien.
   
Effectuant une tournée régionale, le président français a plaidé lundi auprès des dirigeants palestiniens et israéliens pour un "cessez-le-feu humanitaire de plusieurs jours" dans la bande de Gaza.
   
"L'urgence aujourd'hui, c'est de faire cesser les violences et nous l'Europe nous voulons un cessez-le-feu le plus rapidement possible et que chacun comprenne que le temps travaille contre la paix", a dit M. Sarkozy à Ramallah, après un entretien avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas.
   
"Nous avons besoin d'une trêve humanitaire de quelques jours, c'est l'intérêt de tout le monde. Israël est fort, Israël doit prendre le risque de la paix", a-t-il insisté plus tard devant le président de l'Etat hébreu, Shimon Peres.
   
Un diplomate occidental a indiqué que la France travaillait, en coordination avec certains de ses partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU et avec les Etats arabes, à la rédaction d'un projet de résolution.
   
Le Conseil devait discuter mardi d'un tel texte lors d'une réunion ministérielle en présence de ministres arabes des Affaires étrangères et de leur homologue français, Bernard Kouchner, dont le pays assume en janvier la présidence tournante du Conseil de sécurité.
   
Mais selon le responsable israélien, M. Olmert a jugé que le vote d'une telle résolution ne serait pas "judicieux".
   
"A ce stade, et compte tenu de l'évolution sur le plan diplomatique, il ne serait pas judicieux de voter une résolution sur cette question parce que l'expérience a montré qu'Israël ne peut pas se permettre de perdre sa liberté d'action contre le terrorisme", a dit M. Olmert, selon ce responsable.
   
Ce responsable a ajouté que des efforts de paix étaient actuellement menés par Washington, et qu'ils seraient probablement plus efficaces qu'une action au Conseil de sécurité.
   
"Il existe actuellement des initiatives régionales menées par les Etats-Unis (...) Il y a des progrès. Israël estime que ces initiatives, impliquant plusieurs pays arabes dont l'Egypte, seraient plus efficaces qu'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU", a dit le haut responsable israélien.
   
Mais MM. Olmert et Sarkozy sont convenus que le président français poursuivrait ses efforts en faveur d'un accord incluant l'Egypte, selon ce responsable.
   
Plus tôt, le président américain George W. Bush avait maintenu son ferme soutien à Israël en rejetant tout cessez-le-feu qui ne serait pas assorti de conditions garantissant la sécurité d'Israël.
   
"Je sais que les gens disent: il faut un cessez-le-feu. C'est une noble ambition. Mais tout cessez-le-feu doit comporter des conditions telles que le Hamas ne se serve pas de Gaza pour tirer des roquettes", a dit M. Bush dans ses premières déclarations publiques depuis le déclenchement des opérations terrestres israéliennes dans la bande de Gaza samedi.

 

NB : En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à écrire conformément à la charte de modération de France 24 (voir la charte de modération).

Première publication : 06/01/2009

COMMENTAIRE(S)