Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "François de Rugy se fera respecter car il est respectable"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Prévention de la corruption : le retard des entreprises françaises

En savoir plus

FOCUS

Face à ses hooligans, la Russie applique la tolérance zéro

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'acteur caméléon Guillaume Gallienne fait ses débuts à l'opéra

En savoir plus

Economie FRANCE

Luc Chatel convoque des "États généraux de l'automobile"

Dernière modification : 06/01/2009

Le secrétaire d'État chargé de l'Industrie a annoncé la tenue, le 20 janvier, d'États généraux de l'automobile. Objectif : aider les acteurs du secteur, frappés de plein fouet par la crise, à rester compétitifs.

AFP - Le gouvernement réunira le mardi 20 janvier des "états généraux de l'automobile", qui auront en particulier pour enjeu la "compétitivité" des sites automobiles français, a annoncé mardi le secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie, Luc Chatel.
  
"Nous allons organiser le 20 janvier prochain des états généraux de l'automobile où je souhaite que chacun amène sa pierre à l'édifice pour faire en sorte que l'industrie française de l'automobile sorte confortée de cette crise", a déclaré M. Chatel, en marge de la visite d'une concession automobile à Argentueil (Val d'Oise).
  
Ces états généraux réuniront l'ensemble des acteurs de la filière: constructeurs, équipementiers, sous-traitants, représentants des salariés et parlementaires, a-t-il expliqué.
  
Le développement de l'industrie automobile en France se fera "à condition que nous soyons capables de mutualiser un certain nombre de moyens dans des grands programmes de recherche et développement" pour les véhicules propres, et "que nous soyons capables de faire des gains de compétitivité pour que nos sites de production soient performants et attractifs", a-t-il ajouté.
  
"Ce sera l'enjeu de ces états généraux", a dit M. Chatel. "L'automobile en France, ce n'est pas fini", a-t-il poursuivi.
  
Le secteur automobile est, avec l'immobilier, l'un des secteurs les plus touchés par la crise, nombre de constructeurs ayant recours au chômage partiel pour réduire leur production, avec de nombreux arrêts de production fin 2008.
  
Devant l'Assemblée nationale, M. Chatel a appelé à un "pacte automobile pour faire en sorte que notre pays reste compétitif, reste un pays de production automobile et que nous soyons capables de produire les véhicules de demain".
  
La réunion du 20 janvier doit participer à la recherche d'"une réponse structurelle" à la crise, en parallèle aux mesures du plan de relance comme la prime à la casse "qui commence à avoir un impact".
  
M. Chatel a été chargé le 15 décembre par Nicolas Sarkozy d'une mission de réflexion sur le secteur automobile dont il doit présenter les conclusions à la fin janvier.
  
M. Sarkozy a annoncé le 23 décembre, lors d'un déplacement au Brésil, qu'un plan d'aide à l'industrie automobile française serait dévoilé avant fin janvier.

Première publication : 06/01/2009

COMMENTAIRE(S)