Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

Moyen-Orient

Les Nations unies planchent sur une nouvelle résolution

Dernière modification : 06/01/2009

La secrétaire d'État américaine Condoleezza Rice est attendue au siège des Nations unies pour tenter de trouver un compromis au Conseil de sécurité. Les États-Unis avaient refusé de voter la précédente résolution présentée par la Libye.

Posez vos questions aux journalistes de FRANCE 24 envoyés en Israël et dans les territoires palestiniens.

 

Regardez le reportage : "Israël autorise les étrangers à évacuer Gaza".

 

A lire aussi, le billet de l’un de nos Observateurs israéliens, Joel Schalit, qui décrypte la crise à Gaza: "De Gaza à Téhéran"

 

 
AFP -
Le Conseil de sécurité de l'ONU, mis en demeure par les pays arabes de mettre fin au conflit à Gaza, devait en discuter une nouvelle fois mardi, mais sans être en mesure d'adopter une quelconque résolution alors que la situation sur place s'aggrave.

Aucun texte n'était encore en circulation mardi matin à l'ONU, ce qui excluait quasiment toute possibilité d'une adoption dans la journée. Les Etats-Unis continuaient en outre à émettre des signaux négatifs vis-à-vis d'un cessez-le-feu rapide, même pour des considérations humanitaires.

Le Conseil, présidé ce mois-ci par la France, devait tenir à 17H00 (22H00 GMT) une réunion publique sous la présidence du ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner, avec la participation de la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice, du secrétaire britannique au Foreign Office David Miliband, de plusieurs ministres arabes et du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

La France travaille, avec d'autres membres du Conseil et les Etats arabes, à la rédaction d'un projet de résolution, qui selon les diplomates doit s'articuler autour de cinq idées: cessez-le-feu immédiat, accès de l'aide humanitaire, protection des civils, reprise du processus de paix et mise en place d'un mécanisme de suivi de la trêve et du cessez-le-feu.

Selon un diplomate occidental, les éléments constitutifs d'une future résolution dépendaient des résultats de l'actuelle tournée diplomatique au Proche-Orient du président français Nicolas Sarkozy.

Ce dernier est retourné mardi en Egypte de manière impromptue, après s'être entretenu à Damas avec le président syrien Bashar al-Assad. Le Premier ministre français François Fillon a estimé qu'il existait "une voie très étroite vers un cessez-le-feu".

"L'objectif que poursuit la France, c'est un arrêt immédiat des combats pour raisons humanitaires", a souligné M. Fillon, estimant que "la situation humanitaire à Gaza est grave".

M. Sarkozy a entamé lundi en Egypte une tournée éclair au Proche-Orient afin d'oeuvrer à la fin de l'offensive engagée il y a onze jours par l'armée israélienne contre le Hamas qui contrôle la bande de Gaza.

Mais Israël a de nouveau rejeté l'idée d'un cessez-le-feu qui ne garantirait pas l'arrêt total des tirs de roquettes palestiniennes contre l'Etat hébreu, raison déclarée de l'offensive en cours.

Et les Etats-Unis, qui protègent les intérêts d'Israël au Conseil de sécurité et ont empêché samedi l'adoption d'un texte appelant à l'arrêt de l'offensive israélienne, ont encore réitéré leur opposition à toute solution qui permettrait le retour au statu quo.

La Maison Blanche a persisté à réclamer un cessez-le-feu qui soit "durable" entre Israël et le Hamas, se gardant de souscrire à l'idée d'une trêve humanitaire pour soulager la bande de Gaza.

Et elle s'est montrée réservée devant les efforts entrepris par M. Sarkozy auprès de la Syrie pour que cette dernière use de son influence sur le Hamas.

Selon un diplomate occidental, M. Kouchner aura, avant la réunion du Conseil de sécurité, un entretien avec M. Miliband et Mme Rice, pour tenter de trouver une position commune.

M. Kouchner s'est également entretenu dans la matinée avec plusieurs membres d'une délégation arabe, dirigée par le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa.

Cette intense activité diplomatique se déroule alors que le conflit a pris une tournure encore plus dramatique avec la destruction par l'armée israélienne d'une école gérée par l'ONU, qui a fait au moins 40 morts.

L'ONU a demandé une enquête sur cet incident.

 

  

NB: En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à rester corrects (voir la charte de modération).

Première publication : 06/01/2009

COMMENTAIRE(S)