Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : une base de l'ONU attaquée à Tombouctou

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Réforme constitutionnelle, un texte, des controverses

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

TECH 24

L'archéologie en mode makers

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Revenu universel : une bonne idée ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Raul Castro à Paris : une nouvelle page dans les relations franco-cubaines ?

En savoir plus

FOCUS

La Californie en première ligne pour la reconnaissance des enfants transgenres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bernard Foccroulle, le souffle lyrique

En savoir plus

#ActuElles

RD Congo : la lutte contre les viols passe par la fin de l’impunité

En savoir plus

Moyen-Orient

Sarkozy poursuit sa tournée par la Syrie et le Liban

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Dernière modification : 06/01/2009

Après l'Egypte, la Cisjordanie et Israël, Nicolas Sarkozy poursuit sa tournée éclair au Proche-Orient par la Syrie. Il doit rencontrer le président Bachar al-Assad pour évoquer la situation dans la bande de Gaza.

Posez vos questions aux journalistes de FRANCE 24 envoyés en Israël et dans les territoires palestiniens.

 

Regardez le reportage : "Israël autorise les étrangers à évacuer Gaza".

 

A lire aussi : le billet de l’un de nos Observateurs israéliens, Joel Schalit, qui décrypte la crise à Gaza: "De Gaza à Téhéran"


AFP -
Le président français Nicolas Sarkozy poursuit mardi sa tournée éclair au Proche-Orient par une rencontre avec son homologue syrien Bachar al-Assad, qu'il veut rallier à ses efforts en faveur d'un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, avant de rallier le Liban.
   
Après l'Egypte, la Cisjordanie et Israël lundi, M. Sarkozy doit arriver en fin de matinée dans la capitale syrienne.



Première escale, lundi, à Charm el-Cheikh en Egypte (Crédit FRANCE 24)

 

"Nous allons essayer de convaincre tous ceux qui ont une influence, et je pense notamment au président Bachar al-Assad (...), pour aider à ce que toutes les parties travaillent ensemble et construisent la paix", a-t-il expliqué lundi lors d'une conférence de presse commune avec le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Principal artisan du retour de la Syrie sur la scène internationale, le chef de l'Etat français compte désormais sur l'aide du numéro un syrien pour faire pression sur le chef politique du mouvement islamiste palestinien du Hamas Hamas Khaled Mechaal, qui vit en exil à Damas.

Au terme de la première étape de son périple, M. Sarkozy a appelé lundi Israël à interrompre son offensive dans la bande de Gaza et réitéré sa volonté d'obtenir un "cessez-le-feu humanitaire de quelques jours".

"Je suis un ami mais qui veut parler franchement : je suis profondément inquiet de la situation", a affirmé M. Sarkozy au début d'un entretien avec le président de l'Etat hébreu Shimon Peres. "Israël est fort, Israël doit prendre le risque de la paix", a-t-il insisté.

Au nom de la "position d'équilibre, de raison, de bons sens" qu'il souhaite voir l'UE adopter, M. Sarkozy a condamné d'une même fermeté l'attitude "irresponsable et impardonnable" du Hamas, estimant qu'il portait "une lourde responsabilité pour la souffrance des Palestiniens de Gaza".

Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a promptement réagi en taxant le président français de "partialité totale".

Le président français, qui a confirmé travailler à une initiative de paix commune avec l'Egypte, a poursuivi lundi soir très tard ses consultations.

Après un long dîner de travail avec le Premier ministre israélien Ehud Olmert, il s'est entretenu avec l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair, représentant du Quartette (Etats-Unis, Russie, ONU, UE) pour le Proche-Orient et devait ensuite reprendre langue avec les autorités égyptiennes, selon la présidence française.

L'Egypte a mis au point un plan de sortie de crise en quatre points (cessez-le-feu immédiat, retour à la trêve, ouverture des points de passage vers la bande de Gaza et un mécanisme international de garanties).

M. Olmert a rejeté lundi lors de sa rencontre avec M. Sarkozy tout cessez-le-feu dans la bande de Gaza qui ne garantirait pas l'arrêt total des tirs de roquettes palestiniennes contre l'Etat hébreu.

 

NB: En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à rester corrects (voir la charte de modération).

Première publication : 06/01/2009

COMMENTAIRE(S)