Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : 3 morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Stanley Johnson : "Pour moi, Boris a fait une campagne exceptionnelle !"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Brexit : les lendemains qui déchantent pour l'Europe ?

En savoir plus

FRANCE

La France accuse une forte baisse des livraisons de gaz russe

Dernière modification : 07/01/2009

GDF Suez a annoncé une baisse de plus de 70 % des approvisionnements de la France en gaz russe, conséquence du conflit gazier qui oppose l'Ukraine à la Russie. Cette baisse ne devrait pas affecter les consommateurs.

AFP - Après les pays de l'est de l'Europe, la France a été à son tour touchée par le conflit gazier russo-ukrainien mardi, subissant une chute de 70% de ses approvisionnements en gaz russe, qui ne devrait toutefois pas affecter les consommateurs pour le moment.
   
GDF Suez a indiqué mardi avoir constaté une baisse "très importante", de plus de 70% "de ses livraisons de gaz naturel russe transitant par l’Ukraine".
   
Le groupe d'énergie franco-belge a cependant écarté tout risque pour le consommateur. "Toutes les mesures nécessaires sont prises pour assurer la continuité de fourniture de gaz naturel à l’ensemble des clients de GDF Suez en France et Europe", a-t-il assuré.
   
"Il n'y a pas eu de conséquences pour les clients du groupe. Tous ont été alimentés", selon une porte-parole.
   
Le gestionnaire du réseau français de transport de gaz GRTgaz a également déclaré que l'acheminement du gaz à destination des consommateurs était "normal".
   
Interrogé par l'AFP, le ministère de l'Economie a aussi indiqué qu'il n'y avait "pas de problème à craindre pour le consommateur".
   
"GDF Suez affirme pouvoir faire face à la demande de gaz et n'a pas demandé aux pouvoirs publics d'intervenir", a-t-on remarqué dans l'entourage de Christine Lagarde.
   
GDF Suez fournit 97% des clients français, qui représentent 86% de la consommation de gaz naturel dans l'Hexagone. Les fournisseurs alternatifs de gaz, EDF, Altergaz et Poweo, n'étaient pas joignables mardi soir.
   
Le gaz russe représente environ 15% des approvisionnements de GDF Suez en Europe, souligne le groupe.
   
GDF Suez dit en outre posséder le "portefeuille d’approvisionnement le plus diversifié d’Europe avec neuf" grands fournisseurs: outre la Russie, la Norvège, les Pays-Bas, l'Algérie, l'Egypte, le Royaume-Uni, la Libye, le Nigeria et Trinité-et-Tobago.
   
Le groupe rappelle aussi avoir un "accès aux stockages" et "aux marchés de court terme", sans plus de précision.
   
La France dispose de 6,4 mds de m3 de stocks de gaz, selon l'Agence internationale de l'Energie.
   
La Russie a coupé le 1er janvier l'approvisionnement en gaz de l'Ukraine, faute d'un accord sur son prix pour 2009 et sur des arriérés de paiement. Or Moscou fournit aux Européens 40% de leurs importations gazières, qui transitent à 80% par l'Ukraine.
   
L'annonce d'une baisse des livraisons de gaz russe en France a cependant créé la surprise mardi, le PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, ayant affirmé le matin même que le conflit gazier russo-ukrainien "n'avait aucun impact sur les approvisionnements" de la France.
   
La veille, la ministre de l'Economie Christine Lagarde avait elle aussi estimé, à l'issue d'une rencontre avec un représentant du géant gazier russe Gazprom, que les approvisionnements français n'étaient "en aucune manière menacés".
   
En tournée européenne, le vice-président de Gazprom Alexandre Medvedev avait en effet assuré lundi que son groupe faisait tout "pour que ses clients ne souffrent pas" du différend entre Kiev et Moscou.
   
"Mais cela n'est pas facile dans les circonstances actuelles", avait-il ajouté.
   
Les réductions "substantielles" de gaz livré à plusieurs pays d'Europe centrale, en pleine vague de froid, constituent une situation "complètement inacceptable", ont estimé la présidence tchèque de l'Union Européenne et la Commission européenne.
   
Les pays d'Europe centrale, les plus dépendants, sont les plus touchés.
   
L'Autriche a vu ses livraisons chuter de 90%. En Pologne, les livraisons ne sont plus qu'à 15% de leur niveau habituel, en Slovaquie à 30%.
 

Première publication : 07/01/2009

COMMENTAIRE(S)