Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Sommet européen sur l'emploi : la croissance à l'ordre du jour

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

Asie - pacifique

Haro sur Internet à Pékin

Texte par Henri MORTON , Sébastien LE BELZIC , , correspondants en Chine

Dernière modification : 07/01/2009

Les autorités chinoises renforcent encore leur contrôle du réseau Internet. La politique, Taïwan, le Tibet et... le porno sont dans la ligne de mire de Pékin qui a une lancé une campagne pour “moraliser" le Web.

“Page indisponible”, “connexion interrompue”… Depuis quelques jours, beaucoup de sites Internet ne sont plus accessibles en Chine. Résultat d’une nouvelle campagne menée en ce début d’année par les autorités chinoises et qui vise une nouvelle fois le réseau Internet.

 

Officiellement, il s’agit de “moraliser” l’Internet, mais sur les forums déjà on se défoule : “On nous empêche de nous exprimer”, “Il ne faut pas confondre morale et censure”, peut-on lire dans plusieurs messages publiés sur les forums de Sohu ou Sina.

 

Les autorités chinoises ont annoncé qu’elles renforçaient encore leur contrôle du réseau Internet. La politique, Taïwan, le Tibet et… le porno sont dans la ligne de mire des autorités.

 

Ce sont les deux moteurs de recherche les plus populaires de Chine, Google et Baidu, qui sont explicitement visés par la circulaire gouvernementale.

 

L'année de tous les dangers pour la Chine

 
Pourquoi ce nouveau raidissement des autorités ? Parce que l’année 2009 est une année de tous les dangers pour la Chine. On commémore les 20 ans du massacre de Tiananmen, les 30 ans de la naissance d’un mouvement pro-démocratique dans le pays et les 50 ans de la fuite du dalaï-lama du Tibet… Bref, autant d’occasion de manifester, ou plus simplement encore de s’exprimer. Sans compter la crise économique qui fournit un terreau favorable à la contestation.
 

Les forums internet sont l’un des rares lieux d’expression pour la jeunesse chinoise. Internet et ses 250 millions d’utilisateurs qui font de la Chine le premier pays au monde en termes de personnes connectées.

 

Malgré un semblant de relâche à la veille des Jeux Olympiques, beaucoup de sites sont redevenus infréquentables aujourd’hui. Et, le mois dernier encore, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a réaffirmé que le gouvernement avait “le droit de bloquer les sites contrevenant au droit chinois”. En clair Taïwan, le Tibet et les attaques visant le Parti communiste n’auront plus droit de citer sur Internet.

 
Utiliser Internet pour diffuser la bonne parole du Parti
 

La Grande Muraille de Chine existe également sur Internet. Essayez de taper “Tibet” ou “dalaï-lama” sur un moteur de recherche et vous serez automatiquement dirigés vers les sources officielles.

 

Mais Pékin sait également utiliser quand il le faut ce formidable terrain d’expression que constitue le Web. Le 23 janvier 2007, le président Hu Jintao avait annoncé la couleur : appelant les responsables du Parti communiste chinois à “étudier l'art et élever le niveau de la gouvernance en ligne et à utiliser activement les nouvelles technologies pour accroître la force de la propagande positive”. En clair, utiliser Internet pour diffuser plus largement la bonne parole du Parti. Ainsi à chaque tension politique, comme récemment encore entre Paris et Pékin, les forums Internet deviennent un défouloir anti-français.

 

C’est un réseau Internet à deux vitesses qui est en train de naître en Chine : un réseau encadré, censuré et brouillé d’un côté. Et un policé et officiel de l’autre.

 
La propagande chinoise a encore de beaux jours devant elle.
 

Première publication : 07/01/2009

COMMENTAIRE(S)