Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Asie - pacifique

Haro sur Internet à Pékin

Texte par Henri MORTON , Sébastien LE BELZIC , , correspondants en Chine

Dernière modification : 07/01/2009

Les autorités chinoises renforcent encore leur contrôle du réseau Internet. La politique, Taïwan, le Tibet et... le porno sont dans la ligne de mire de Pékin qui a une lancé une campagne pour “moraliser" le Web.

“Page indisponible”, “connexion interrompue”… Depuis quelques jours, beaucoup de sites Internet ne sont plus accessibles en Chine. Résultat d’une nouvelle campagne menée en ce début d’année par les autorités chinoises et qui vise une nouvelle fois le réseau Internet.

 

Officiellement, il s’agit de “moraliser” l’Internet, mais sur les forums déjà on se défoule : “On nous empêche de nous exprimer”, “Il ne faut pas confondre morale et censure”, peut-on lire dans plusieurs messages publiés sur les forums de Sohu ou Sina.

 

Les autorités chinoises ont annoncé qu’elles renforçaient encore leur contrôle du réseau Internet. La politique, Taïwan, le Tibet et… le porno sont dans la ligne de mire des autorités.

 

Ce sont les deux moteurs de recherche les plus populaires de Chine, Google et Baidu, qui sont explicitement visés par la circulaire gouvernementale.

 

L'année de tous les dangers pour la Chine

 
Pourquoi ce nouveau raidissement des autorités ? Parce que l’année 2009 est une année de tous les dangers pour la Chine. On commémore les 20 ans du massacre de Tiananmen, les 30 ans de la naissance d’un mouvement pro-démocratique dans le pays et les 50 ans de la fuite du dalaï-lama du Tibet… Bref, autant d’occasion de manifester, ou plus simplement encore de s’exprimer. Sans compter la crise économique qui fournit un terreau favorable à la contestation.
 

Les forums internet sont l’un des rares lieux d’expression pour la jeunesse chinoise. Internet et ses 250 millions d’utilisateurs qui font de la Chine le premier pays au monde en termes de personnes connectées.

 

Malgré un semblant de relâche à la veille des Jeux Olympiques, beaucoup de sites sont redevenus infréquentables aujourd’hui. Et, le mois dernier encore, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a réaffirmé que le gouvernement avait “le droit de bloquer les sites contrevenant au droit chinois”. En clair Taïwan, le Tibet et les attaques visant le Parti communiste n’auront plus droit de citer sur Internet.

 
Utiliser Internet pour diffuser la bonne parole du Parti
 

La Grande Muraille de Chine existe également sur Internet. Essayez de taper “Tibet” ou “dalaï-lama” sur un moteur de recherche et vous serez automatiquement dirigés vers les sources officielles.

 

Mais Pékin sait également utiliser quand il le faut ce formidable terrain d’expression que constitue le Web. Le 23 janvier 2007, le président Hu Jintao avait annoncé la couleur : appelant les responsables du Parti communiste chinois à “étudier l'art et élever le niveau de la gouvernance en ligne et à utiliser activement les nouvelles technologies pour accroître la force de la propagande positive”. En clair, utiliser Internet pour diffuser plus largement la bonne parole du Parti. Ainsi à chaque tension politique, comme récemment encore entre Paris et Pékin, les forums Internet deviennent un défouloir anti-français.

 

C’est un réseau Internet à deux vitesses qui est en train de naître en Chine : un réseau encadré, censuré et brouillé d’un côté. Et un policé et officiel de l’autre.

 
La propagande chinoise a encore de beaux jours devant elle.
 

Première publication : 07/01/2009

COMMENTAIRE(S)