Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Culture SCIENCES

Warner teste le retrait des verrous numériques

Dernière modification : 07/01/2009

Alors qu'Apple vient d'annoncer la fin de son dispositif antipiraterie sur iTunes, Warner va rendre disponible son catalogue sans verrous numériques anticopie sur les principales plateformes de vente en ligne françaises jusqu'au 31 décembre.

AFP - La maison de disques Warner Music a annoncé mercredi qu'elle allait rendre disponible son catalogue sans verrous numériques anticopie (DRM) sur les deux principales plateformes de vente en ligne françaises, Fnacmusic et Virginmega.

 

Cette expérimentation aura lieu jusqu'au 31 décembre.

 

Son officialisation intervient au lendemain d'une annonce du groupe informatique Apple, qui va supprimer d'ici à la fin mars les DRM de la musique qu'il vend sur sa plateforme iTunes, en vertu d'accords avec les principales maisons de disques.

L'absence de DRM sur des morceaux téléchargés permet de les écouter sur n'importe quel support --ordinateurs, baladeurs numériques de tous types, dont la vedette du marché, l'iPod d'Apple--, et rend possible leur transfert d'un appareil à un autre.

 

Les producteurs de disques français s'étaient engagés à tester le retrait des DRM dans le cadre des accords Olivennes, qui ont donné naissance au projet de loi "Création et internet".

 

Ce projet de loi antipiratage des oeuvres sur internet a été adopté par le Sénat et doit désormais être examiné par l'Assemblée nationale.

 

"Le timing est bon (pour cette expérimentation, ndlr). La loi a lancé un signe positif, faisons aussi en sorte d'écouter les consommateurs", a expliqué à l'AFP le président de Warner Music France, Thierry Chassagne.

 

"Ce qui m'intéresse, c'est de voir si le consommateur va bénéficier de cette expérimentation sur ces trois enseignes, Fnacmusic, Virginmega et iTunes", a-t-il ajouté, en soulignant que Warner espère "étendre sa collaboration à d'autres partenaires très prochainement".

 

Cette expérimentation pourrait être pérennisée "à destination de l'ensemble des plateformes de téléchargement au terme de cette période d'un an et en fonction du vote de la loi", selon Warner.

 

Selon M. Chassagne, l'accord avec les deux premières plateformes françaises permet de les mettre en situation de "concurrence réelle" avec iTunes, qui a négocié la suppression des DRM au niveau mondial avec les instances dirigeantes de Warner aux Etats-Unis.

 

Une autre major, Universal Music France, avait annoncé des expérimentations similaires fin octobre. Ces tests ont également été menés aux Etats-Unis par les majors.

 

Première publication : 07/01/2009

COMMENTAIRE(S)