Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

Afrique Amériques

Le fils de Charles Taylor condamné à 97 ans de prison

Dernière modification : 09/01/2009

"Chuckie" Taylor, fils de l'ex-président du Liberia, Charles Taylor, a été condamné par un tribunal américain à 97 ans de prison pour tortures et assassinats commis lorsque son père était au pouvoir dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

AFP - "Chuckie" Taylor, fils de l'ex-dictateur du Liberia Charles Taylor, a été condamné vendredi par une cour fédérale de Miami (Floride, sud-est) à 97 ans de prison pour tortures et assassinats dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Le juge a estimé que rien ne justifiait une peine réduite, comme le réclamait la défense, estimant que "1.164 mois de prison (97 ans) est une peine appropriée" pour des crimes, "comme la torture, condamnée par tous".

Charles Taylor Junior, âgé de 31 ans, né aux Etats-Unis et possédant la nationalité américaine, avait été reconnu coupable de complot d'assassinat et de tortures, entre avril 1999 et juillet 2003.

Il était à la tête des services antiterroristes lorsque son père dirigeait le Liberia de 1997 à 2003.

C'est la première fois que les Etats-Unis utilisent une loi fédérale votée en 1994 qui les autorise à juger les faits de tortures commis par des citoyens américains à l'étranger.

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) juge actuellement Charles Taylor père pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité pendant la guerre civile qui a déchiré ce pays de 1991 à 2001, faisant 120.000 morts. Le procès a été délocalisé à La Haye pour des raisons de sécurité.
 

Première publication : 09/01/2009

COMMENTAIRE(S)