Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

Mobilisation contre la mafia sur Facebook

©

Texte par Alexis MASCIARELLI , , correspondant à Rome

Dernière modification : 04/03/2009

Depuis plusieurs semaines, des groupes idolâtrant des chefs mafieux apparaissent sur Facebook et attirent de jeunes fans. Le débat en ligne est vif et une pétition circule pour demander la fermeture du site de socialisation.

La mobilisation de magistrats et de dizaines de milliers d’usagers italiens d’Internet a provoqué la suspension de plusieurs groupes célébrant des parrains de la mafia sur le site de socialisation Facebook.


Le groupe sur Facebook "Riina, le chef des chefs", soutenant Toto Riina, condamné à la prison à perpétuité pour assassinats, était parvenu à recueillir l’adhésion de 5 000 fans. Avant de disparaitre des écrans jeudi, ses membres y avaient publié des messages, qualifiant Riina d’"homme d’honneur", d’"incompris" avant de lui faire le respectueux "baise main".


Bernardo Provenzano, chef mafieux arrêté en 2006 après une longue clandestinité, a vu également fleurir plusieurs groupes à sa gloire. La page de son "fan club" sur Facebook avait été créée pour "honorer quelqu’un qui avait échapper à l’Etat pendant 40 ans". Ses fondateurs l’ont suspendue "pour éviter les infiltrations des bons penseurs". Mais ils sont encore 268 membres du réseau à demander, sans sourciller, sa sanctification sur une autre page.

 

La censure ne fait pas partie de la politique de Facebook


Salvatore Borsellino, frère du juge anti-mafia assassiné en 1992, est préoccupé par la récente prolifération de ces sites, même si leur existence est parfois éphémère.


"Il s’agit d’une campagne bien précise de désinformation pour délégitimer les magistrats et tous ceux qui recherchent la vérité sur les mystères de Riina et Provenzano", a déclaré Borsellino au quotidien La Repubblica. "N’oublions pas que, depuis des années, l’un des objectifs principaux des parrains est d’obtenir la révision de leurs procès."


Les dirigeants du réseau Facebook ont fait savoir que la censure ne faisait pas partie de leur politique et refusent d’intervenir contre ces groupes de fans de mafieux, provoquant un tollé dans la péninsule.


La mobilisation contre les sites se fait de l’intérieur. Plusieurs milliers de membres du réseau social menacent de quitter Facebook en rejoignant des groupes tels que "Ou eux ou nous" ou "La mafia hors de Facebook". Ce dernier recensait vendredi matin plus un total de 124 000 adhérents, bien supérieur à ceux des pages pro-mafia.  


Une pétition circule sur Internet
pour demander la fermeture du site pour "complicité en apologie de délit", punissable selon le code pénal italien.

 

Une nouvelle arme de la mafia


Son initiateur, Giuseppe A., qui souhaite protéger son identité, a déclaré à FRANCE 24 : "Il est inadmissible que ce genre de chose se passe en Italie, qu’il n’y ait pas un minimum de contrôle de la part des administrateurs. Il faut faire passer la culture du respect et de la légalité avant celle du sang et de la peur que les boss mafieux veulent imposer en Sicile et en Italie."


Selon des magistrats spécialistes de la criminalité organisée, recruter de jeunes partisans sur Internet serait devenu une nouvelle arme de la mafia dans sa lutte contre l’Etat.


Pietro Grasso, le chef de la direction de l'anti-mafia en Italie, juge le phénomène inquiétant. "Les mafieux se déplacent à grande vitesse dans le monde global, dit-il. Ils sont toujours les plus prompts à s’adapter aux nouveautés."

Première publication : 09/01/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)