Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Sarkozy tente d'apaiser les craintes du secteur hospitalier

Dernière modification : 09/01/2009

En déplacement à Strasbourg afin de présenter ses vœux au secteur hospitalier, le chef de l'État s'est abstenu de promettre des moyens supplémentaires, rappelant que le budget alloué aux hôpitaux a augmenté de 50% en 10 ans.

AFP - Nicolas Sarkozy s'est efforcé vendredi à Strasbourg d'apaiser le malaise du secteur hospitalier après une série de décès tragiques qui, à un mois de l'examen d'un projet de loi de modernisation, a relancé la polémique sur les moyens dévolus au secteur de la santé.

Profitant de l'inauguration du nouvel hôpital civil de Strasbourg, le chef de l'Etat a tenu à saluer "l'engagement exemplaire" des personnels de santé et à les assurer de la "solidarité de la nation", avant de leur expliquer que l'hôpital public ne souffrait pas d'un problème de moyens mais plutôt d'un déficit d'organisation.

"Les drames récents sont exceptionnels et ne sauraient remettre en cause la confiance que la nation porte à l'hôpital et à ses personnels", a déclaré Nicolas Sarkozy en évoquant les décès survenus pendant les fêtes de fin d'année dans plusieurs établissements hospitaliers. "Notre système hospitalier est l'un des meilleurs au monde", a-t-il assuré.

"L'hôpital est une institution trop importante pour les Français pour qu'il soit le lieu de polémiques parfaitement déplacées", a également lancé Nicolas Sarkozy a tous ceux qui, parmi les syndicats de la santé comme dans l'opposition, ont accusé le manque de moyens d'être à l'origine des récents drames.

Pour cette inédite cérémonie de voeux délocalisée dans la capitale alsacienne, le président est arrivé dans l'hôpital civil flambant neuf sous les cris et les sifflets d'une bonne centaine de manifestants, en grève et réclamant précisément plus de moyens et d'effectifs.

"Quand on est une infirmière pour trente patients, il est impossible de faire des soins correctement", a déploré l'une d'entre elles, Valérie Stocker.

"On est là pour dire +ne continuez pas à nous demander de faire du travail au rabais+", a ajouté cette élève infirmière, "on attend du président qu'il arrête de nous dire que l'hôpital public est là pour faire du profit. On a envie de faire notre boulot correctement".

A ces inquiétudes "parfaitement légitimes", Nicolas Sarkozy a répondu par des chiffres destinés à montrer que l'hôpital souffrait plutôt d'un problème de désorganisation que d'un manque de soutien financier de l'Etat.

"Entre 1998 et 2008, j'ai pris cette période parce qu'il y a eu des gouvernements de droite et de gauche, la France, au travers des dépenses de l'assurance maladie au profit des hôpitaux, a augmenté le budget de 50%. C'est 23 milliards d'euros de plus pour l'hôpital au cours des dix derniers années", a-t-il lancé à un auditoire plutôt sceptique.

"Je peux pas simplement dire plus d'argent, plus de personnels, plus de moyens", a plaidé le chef de l'Etat. "L'argent, il a été mis par la collectivité", a-t-il insisté, "mais est-ce qu'il est parfaitement utilisé, est-ce qu'on peut pas faire mieux ?"

"Le défi de l'hôpital d'aujourd'hui, c'est que cet argent qui est nécessaire soit plus efficace parce que l'hôpital doit être mieux organisé", a poursuivi le président, en rendant responsable l'application "désastreuse" des 35 heures.

Longuement, il a plaidé pour le projet de loi "Hôpital, patients, santé, territoires" de sa ministre de la Santé Roselyne Bachelot, qui doit être examiné à partir du mois prochain par les députés. De nombreux syndicats hospitaliers sont hostiles à ce texte et ont appelé à participer à la journée de grèves et de manifestations du 29 janvier.

Nicolas Sarkozy a conclu en répétant qu'il comprenait les "frustrations" des personnels de santé. "Ma façon de les écouter et de les entendre, c'est de venir, c'est d'aller à votre rencontre", leur a-t-il lancé en guise d'ultime argument.
 

Première publication : 09/01/2009

COMMENTAIRE(S)