Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

Asie - pacifique

Soixante arrestations font suite au scandale du lait frelaté

Dernière modification : 11/01/2009

Les autorités chinoises ont arrêté au moins 60 personnes dans le cadre de l'enquête sur le lait contaminé à la mélamine, qui a rendu malade près de 300 000 enfants et dont six sont morts.

AFP - La Chine a annoncé vendredi avoir procédé au total à 60 arrestations dans le scandale du lait trafiqué à la mélamine, qui a fait près de 300.000 malades parmi les enfants et probablement six morts.
  
Vingt-et-une des personnes arrêtées pour "production et vente de produits alimentaires toxiques et dangereux" ont déjà comparu devant un tribunal, dont l'ancienne patronne de Sanlu, principal producteur incriminé dans la crise du lait contaminé à la mélamine, selon un communiqué du ministère de la Sécurité publique (police).
  
Les jugements n'ont pas encore été annoncés, mais certains accusés encourent la peine de mort.
  
Selon les médias officiels chinois, qui seuls ont eu accès à l'audience qui s'est tenue le 31 décembre à Shijiazhuang dans le Hebei (nord), l'ex-patronne de Sanlu, Tian Wenhua, 66 ans, a plaidé coupable de la vente de produits douteux et reconnu avoir tardé à alerter les autorités. Cependant, son avocat, Liu Xinwei n'a pas confirmé cette information.
  
Mme Tian a pour co-accusés trois anciens hauts cadres de Sanlu, dont l'un a comparu mercredi en chaise roulante, ayant perdu l'usage de ses jambes après une tentative de suicide.
  
Sanlu a été accusé d'avoir étouffé l'affaire pendant plusieurs mois avant d'avertir les autorités locales, lesquelles, à la veille de l'ouverture des jeux Olympiques de Pékin, ont tardé à réagir.
  
Les procès de 17 trafiquants et intermédiaires ont également eu lieu dans le Hebei, sans jugement annoncé.
  
L'enquête a permis de déterminer que 22 sociétés ont vendu du lait trafiqué avec la mélamine, produit destiné aux colles, aux résines ou aux engrais qui simule, lors des tests de contrôle, un apport en protéines.
  
Le scandale a également mis à mal la réputation des produits chinois dans le monde entier et les autorités ont promis de faire toute la lumière et de réformer le système de contrôle de la chaîne alimentaire.
  
Les 22 entreprises laitières ayant mis sur le marché des produits frelatés ont, de leur côté, annoncé la création d'un fonds spécial d'indemnisation, doté de 160 millions de dollars.
  
Mais familles et avocats des victimes ont critiqué l'initiative, soulignant que certains parents d'enfants tombés malades ne recevraient que quelque 300 dollars.

Première publication : 09/01/2009

COMMENTAIRE(S)