Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

Asie - pacifique

Le président de Satyam se livre à la police

Dernière modification : 11/01/2009

Au cœur d'un vaste scandale financier, B. Ramalinga Raju, président et fondateur du quatrième groupe indien de logiciels et services informatiques Satyam, a été placé en détention avant d'être présenté à la justice.

AFP - Le patron du quatrième groupe indien de logiciels et services informatiques, Satyam, au centre d'un vaste scandale de fraude comptable, a été placé en détention et doit être présenté samedi à la justice, selon la police.

B. Ramalinga Raju et son frère Rama Raju - un ancien dirigeant de Satyam - se sont livrés à la police vendredi soir.

"Les deux hommes sont en détention (...). Ils seront déférés aujourd'hui (samedi)", a déclaré à des journalistes V.S Kaumudi, un policier de la ville méridionale d'Hyderabad où est basée Satyam.

B. Ramalinga Raju, président et fondateur de cette société cotée à Bombay et à New York, avait démissionné mercredi après avoir reconnu une fraude comptable d'un milliard de dollars.

Il a notamment admis fait artificiellement gonfler ses bénéfices sur plusieurs exercices. Son bilan comptable à la fin septembre 2008 fait état d'un excédent de 50,4 milliards de roupies (1,03 milliard de dollars).

La société est en pleine déconfiture depuis que quatre dirigeants, sur les 10 du conseil d'administration, ont démissionné en décembre, à la suite de l'acquisition avortée pour 1,6 milliard de dollars des entreprises indiennes Maytas Properties et Maytas Infrastructure.

L'informatique indienne et ses "quatre grands" --Infosys, Satyam, Wipro et Tata consultancy services (TCS)-- est l'une des victimes en Inde de la crise financière mondiale partie des Etats-Unis, son principal marché.

Ce secteur, évalué à 50 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel et qui a longtemps profité de l'essor des délocalisations, souffre depuis deux ans de la hausse des salaires des ingénieurs indiens et de l'effondrement des commandes de clients américains.
 

Première publication : 10/01/2009