Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Face au scandale, la présidente de la région de Madrid démissionne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions à Madagascar, l'opposition demande la destitution du président

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Foxtrot" : Samuel Maoz dissèque la société israélienne

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Marchés financiers : les investisseurs craignent la remontée des taux américains

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : en Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump et Emmanuel Macron : "bromance", "pellicules"... et Iran

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Législatives au Liban : les femmes en campagne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue dans une enquête sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

Economie

Lloyds versera une lourde amende aux États-Unis

Dernière modification : 10/01/2009

La banque britannique va payer 350 millions de dollars pour mettre fin à des poursuites engagées aux États-Unis. De 1995 à 2007, elle avait facilité la circulation anonyme d'argent venant de pays faisant l'objet de sanctions américaines.

AFP - La banque britannique Lloyds TSB Bank a accepté de verser 350 millions de dollars pour solder les poursuites engagées aux Etats-Unis pour avoir facilité des virements de ressortissants de pays comme l'Iran ou le Soudan, a annoncé vendredi le département de la Justice.
   
Selon un communiqué publié par le ministère, Lloyds TSB a maquillé pendant 12 ans des virements bancaires internationaux "qui impliquaient des pays ou des personnes faisant l'objet de sanctions américaines", pour éviter que ces transactions n'éveillent les soupçons des intermédiaires bancaires.
   
La banque britannique avait pris l'habitude de retirer des bordereaux des mentions qui auraient pu éveiller les soupçons, comme le nom du destinataire, celui de sa banque ou son adresse, a expliqué le ministère.
   
Cette pratique a débuté en 1995 et s'est poursuivie jusqu'en janvier 2007.
   
Les agissements, que la banque britannique a reconnus, étaient pratiqués en Grande-Bretagne et à Dubaï. Mais les virements pouvaient être amenés à transiter par des banques américaines, tenues de respecter les sanctions contre les pays que les Etats-Unis accusent de soutenir le terrorisme.
   
"Pendant plus de 12 ans, Lloyds a facilité la circulation anonyme de centaines de millions de dollars en provenance de nations faisant l'objet de sanctions des Etats-Unis à travers notre système financier", s'est indigné le vice-ministre de la Justice par intérim Matthew Friedrich.
   
"Plus de 350 millions de dollars sont partis d'endroits comme l'Iran (...) parce que Lloyds avait retiré les informations de ses virements internationaux qui auraient donné l'alerte dans les institutions financières américaines et auraient conduit à ce que ces paiements soient examinés avec soin", a-t-il dit.
   
L'amende infligée à Lloyds TSB reviendra pour moitié au gouvernement américain et pour l'autre au comté de New York, selon le communiqué.
   
Le ministère a relevé que la banque avait reconnu les faits et pris les mesures nécessaires pour que de tels faits ne se reproduisent plus.
 

Première publication : 10/01/2009

COMMENTAIRE(S)