Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Catalogne, la rebelle espagnole

En savoir plus

FOCUS

Elections législatives : scrutin sous haute tension dans l'est du pays

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : un policier tué dans une fusillade dans la banlieue de Tunis

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris retrouve son Picasso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ottawa : histoire d'une photo

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Attaque d'Ottawa : Stephen Harper caché dans un placard

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Tempête au Parti socialiste : "PS, cela ne veut pas dire PlayStation"

En savoir plus

Moyen-Orient

Israël envoie des réservistes dans la bande de Gaza

Vidéo par Céline BRUNEAU

Dernière modification : 12/01/2009

Tsahal a commencé à envoyer des renforts de réservistes pour ses opérations militaires dans la bande de Gaza, laissant présager le lancement de la troisième phase de l'offensive israélienne qui prévoit des assauts au coeur des villes.

Retrouvez notre dossier consacré aux événements dans la bande de Gaza

 

AFP - Israël envoyait dimanche des renforts de réservistes pour ses opérations dans la bande de Gaza, après avoir évoqué une éventuelle fin de son offensive contre le Hamas dans le territoire palestinien où près de 900 personnes ont été tuées en 16 jours.
  
Le recours aux réservistes, rapporté par les télévisions israéliennes, pourrait préluder du lancement d'une "troisième phase" dans l'offensive avec des assauts au coeur des villes et dans les camps de réfugiés, après les bombardements aériens des premiers jours et le déploiement de troupes au sol.
  
Interrogé par l'AFP, un porte-parole militaire a indiqué qu'une partie des réservistes avaient déjà participé à des combats mais qu'ils étaient de plus en plus nombreux à être "intégrés" dans les unités en opération sur le terrain.
  
Selon les médias, le gouvernement hésitait jusqu'à présent à donner son feu vert à une "troisième phase" prévoyant le recours massif à des réservistes, synonyme d'une escalade.
  
La ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni préconise un retrait immédiat de l'armée et des attaques systématiques ensuite au cas où le Hamas poursuivrait ses tirs de roquettes vers Israël.
  
Le ministre de la Défense Ehud Barak ne souhaite pas non plus passer à la troisième phase, préconisant une trêve garantissant aussi la fin de la contrebande d'armes par des tunnels sous la frontière entre Gaza et l'Egypte.
  
En revanche, le Premier ministre démissionnaire Ehud Olmert est favorable à une escalade ainsi que le chef du Shin Beth, le service de sécurité intérieure Youval Diskin et le commandant de la région sud d'Israël, le général Yoav Galant, chargé de l'opération "Plomb durci", selon les télévisions.
  
Ces informations surviennent bien qu'Israël ait pour la première fois envisagé dimanche une fin proche à son offensive.
  
M. Olmert, qui avait ordonné vendredi la poursuite des opérations militaires à Gaza malgré une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à un cessez-le-feu immédiat, a annoncé que l'offensive se rapprochait "de ses objectifs".
  
Le vice-ministre israélien de la Défense Matan Vilnaï a également estimé qu'Israël était "proche de l'arrêt des actions terrestres et de l'ensemble des opérations d'une manière générale" dans la bande de Gaza, contrôlée par le Hamas.
  
Le chef du Hamas en exil Khaled Mechaal basé à Damas avait affirmé samedi soir qu'Israël n'avait atteint "aucun objectif".
  
Sur le terrain, où les bombardements se poursuivaient dans la soirée, l'armée israélienne a effectué des incursions dans des quartiers périphériques de Gaza-ville alors que des combats faisaient rage dans le nord du territoire. L'armée israélienne a affirmé avoir visé "50 cibles" dans la journée.
  
En dépit des attaques israéliennes, les tirs de roquettes sur Israël n'ont jamais cessé, 19 de ces engins visant dimanche des localités du sud sans faire de victime.
  
Plus de 660 roquettes ont été tirées depuis le début de l'offensive, faisant quatre morts et touchant pour la première fois des villes à plus de 40 km de la bande de Gaza, selon Israël.
  
Plus de 30 personnes, dont plus de dix activistes mais aussi plusieurs civils, ont été tuées par des tirs et des raids israéliens dimanche, selon des sources médicales palestiniennes.
  
L'armée israélienne a largué des tracts à Rafah, appelant la population a évacuer plusieurs quartiers avant de mener de nouvelles attaques contre des tunnels de contrebande.
  
Trois policiers égyptiens et deux enfants ont été blessés côté égyptien de la frontière de Rafah par des éclats de missiles, selon les services de sécurité égyptiens.
  
Selon un dernier bilan du chef des services d'urgence de Gaza Mouawiya Hassanein, au moins 889 Palestiniens ont été tués, dont 275 enfants, et plus de 3.620 blessés depuis le début de l'offensive le 27 décembre.
  
Un million de personnes vivent sans électricité, 750.000 sont sans eau et les hôpitaux fonctionnent grâce à des générateurs de secours, selon l'ONU.
  
Les efforts diplomatiques, déployés notamment par l'Egypte, en vue de mettre fin aux combats ont continué.
  
Le Caire continue ses efforts pour arracher un cessez-le-feu, en préalable à des négociations sur un accord global. En soirée, un responsable égyptien a affirmé que le résultat des entretiens entre le chef des Renseignements Omar Souleimane et une délégation du Hamas, en visite au Caire, était "positif".
 
   

 
    
Un responsable du mouvement au Liban, Ossama Hamdane, s'est montré plus prudent, jugeant qu'ils avaient permis d'obtenir "des progrès sur certains points" seulement.
  
Les discussions se poursuivent lundi avec le Hamas, alors qu'un haut responsable du ministère israélien de la Défense, Amos Gilad, est aussi attendu en Egypte.
  
Le Caire a par ailleurs fait savoir qu'il avait convoqué l'ambassadeur d'Israël pour exiger que l'Etat hébreu respecte les dispositions de la résolution de l'ONU sur Gaza, notamment en autorisant les "couloirs humanitaires".
  
A Washington, le président élu Barack Obama a déclaré qu'il mettait en place une équipe afin de disposer, dès son investiture le 20 janvier, "des meilleures personnes possibles qui pourront s'engager immédiatement dans le processus de paix au Proche-Orient dans son ensemble".
  
Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans le monde contre l'offensive israélienne, notamment à Londres, Bruxelles, Madrid et Rabat.

 

NB : En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à rester corrects (voir la charte de modération).

 

Première publication : 11/01/2009

COMMENTAIRE(S)