Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Grève générale au Bénin, mouvement contre la suppression du droit de grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais : plus jamais "jungle"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron à Calais : quelle politique migratoire ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Philippe Martinez : "La France a un devoir d'accueil, elle a toujours été une terre d'asile"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Xavier Emmanuelli : "Il faut accueillir les migrants"

En savoir plus

FOCUS

Contrôle renforcé des chômeurs : le Danemark, un modèle à suivre ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Enquête au Paradis" : rencontre avec la jeunesse algérienne sous influence du salafisme

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En Pologne, le droit à l'avortement dans le collimateur du gouvernement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Renégociation de l'Alena : aux États-Unis, le secteur automobile s'inquiète

En savoir plus

Amériques

Bush défend son bilan lors de sa dernière conférence de presse

Vidéo par Laure DE MATOS

Dernière modification : 13/01/2009

Lors de sa dernière conférence de presse, le président américain a rejeté les critiques portées à l'encontre de ses mandats. Jeudi, il s'adressera aux Américains depuis la Maison Blanche dans un discours télévisé d'une dizaine de minutes.

AFP - Le président George W. Bush a fermement défendu sa présidence lundi au cours de sa dernière conférence de presse, en parlant d'un "bon et solide bilan", et rejetant les critiques sur sa gestion de la "guerre contre le terrorisme", l'Irak et l'économie.

"Je ne suis absolument pas d'accord avec l'affirmation selon laquelle notre niveau de moralité a été détérioré", a dit M. Bush en répondant à une question sur sa décision de faire la guerre en Irak sans mandat de l'ONU. "Chacun comprend que l'Amérique est toujours du côté de la liberté", a ajouté M. Bush.

"Je comprend que Guantanamo (centre de détention situé à Cuba, ndlr) a suscité des controverses. Mais lorsqu'il a été question pour les pays qui critiquaient les Etats-Unis d'accueillir des détenus, ils n'ont pas été d'accord", a-t-il lancé.

Il a toutefois reconnu quelques "erreurs" dont le déploiement de la bannière "mission accomplie" annonçant prématurément la fin des combats en Irak. "Clairement, installer une bannière +mission accomplie+ sur un porte-avions était une erreur", a estimé le président qui doit laisser la place au démocrate Barack Obama dans huit jours.

"J'ai envoyé le mauvais message, nous essayions de faire les choses différemment mais néanmoins, nous avons envoyé le mauvais message".

Sur l'économie, M. Bush a défendu son action de lutte contre la crise économique la plus grave depuis les années 1930. Il s'est dit prêt à demander au Congrès de débloquer la seconde moitié du plan de recapitalisation des banques, soit 350 milliards de dollars, si M. Obama le lui demande.

"Je n'ai pas l'intention de faire la demande, à moins qu'il (Barack Obama) me le demande spécifiquement", a-t-il déclaré.

Première publication : 12/01/2009

COMMENTAIRE(S)