Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE se réunit à Bruxelles pour répondre à la Russie

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

Amériques

Bush défend son bilan lors de sa dernière conférence de presse

Vidéo par Laure DE MATOS

Dernière modification : 13/01/2009

Lors de sa dernière conférence de presse, le président américain a rejeté les critiques portées à l'encontre de ses mandats. Jeudi, il s'adressera aux Américains depuis la Maison Blanche dans un discours télévisé d'une dizaine de minutes.

AFP - Le président George W. Bush a fermement défendu sa présidence lundi au cours de sa dernière conférence de presse, en parlant d'un "bon et solide bilan", et rejetant les critiques sur sa gestion de la "guerre contre le terrorisme", l'Irak et l'économie.

"Je ne suis absolument pas d'accord avec l'affirmation selon laquelle notre niveau de moralité a été détérioré", a dit M. Bush en répondant à une question sur sa décision de faire la guerre en Irak sans mandat de l'ONU. "Chacun comprend que l'Amérique est toujours du côté de la liberté", a ajouté M. Bush.

"Je comprend que Guantanamo (centre de détention situé à Cuba, ndlr) a suscité des controverses. Mais lorsqu'il a été question pour les pays qui critiquaient les Etats-Unis d'accueillir des détenus, ils n'ont pas été d'accord", a-t-il lancé.

Il a toutefois reconnu quelques "erreurs" dont le déploiement de la bannière "mission accomplie" annonçant prématurément la fin des combats en Irak. "Clairement, installer une bannière +mission accomplie+ sur un porte-avions était une erreur", a estimé le président qui doit laisser la place au démocrate Barack Obama dans huit jours.

"J'ai envoyé le mauvais message, nous essayions de faire les choses différemment mais néanmoins, nous avons envoyé le mauvais message".

Sur l'économie, M. Bush a défendu son action de lutte contre la crise économique la plus grave depuis les années 1930. Il s'est dit prêt à demander au Congrès de débloquer la seconde moitié du plan de recapitalisation des banques, soit 350 milliards de dollars, si M. Obama le lui demande.

"Je n'ai pas l'intention de faire la demande, à moins qu'il (Barack Obama) me le demande spécifiquement", a-t-il déclaré.

Première publication : 12/01/2009

COMMENTAIRE(S)