Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

Afrique

La CPI examine les charges contre Jean-Pierre Bemba

Dernière modification : 12/01/2009

À La Haye, la Cour pénale internationale (CPI) examine à partir de lundi et jusqu'à jeudi les accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité portées par le procureur contre l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba.

AFP - La Cour pénale internationale (CPI) a commencé lundi à La Haye à examiner les accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité portées par le procureur contre l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba.

Pendant ces audiences dites "de confirmation des charges", prévues jusqu'à jeudi, la chambre préliminaire s'assure que les accusations du procureur contre un suspect "présentent des éléments de preuve suffisants".

Les trois juges ont ensuite soixante jours pour décider s'ils confirment les chefs d'accusation. Si les charges sont retenues, cela ouvre la voie à un procès.

Lundi matin, le procureur devait prendre la parole en premier, suivi par les représentants des victimes et par la défense.

Jean-Pierre Bemba, 46 ans, arrêté le 24 mai à Bruxelles, est inculpé de cinq chefs de crimes de guerre et trois chefs de crimes contre l'humanité pour viols, tortures, pillages et meurtres commis par les hommes de sa milice armée, le Mouvement de libération du Congo (MLC), en République centrafricaine entre octobre 2002 et mars 2003.

Le MLC appuyait alors le régime du président centrafricain Ange-Félix Patassé pour écraser une tentative de coup d'Etat du général François Bozizé, qui s'est emparé plus tard du pouvoir.

La défense de M. Bemba réclame un non-lieu. Pour Me Aimé Kilolo-Musamba, "le but visé par toutes ces manoeuvres judiciaires est l'anéantissement politique de M. Jean-Pierre Bemba".

En 2006, à la tête du MLC, Jean-Pierre Bemba avait perdu les élections présidentielles en République démocratique du Congo (RDC) face à Joseph Kabila. Il s'était exilé en avril 2007. Le MLC est actuellement la principale formation d'opposition en RDC.

La Cour pénale internationale est le premier tribunal international permanent chargé de juger les auteurs de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.
 

Première publication : 12/01/2009

COMMENTAIRE(S)