Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Sofia Amara, auteur d'"Infiltrée dans l'enfer syrien"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : bras de fer pour le Sénat

En savoir plus

SUR LE NET

Une vidéo dénonce le harcèlement de rue à New York

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Fraude fiscale : 80 pays s'engagent contre le secret bancaire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La rançon de la gloire"

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DSK, une mauvaise passe sans fin"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Au Burkina Faso, la rue défie Campaoré

En savoir plus

Economie EUROPE

Berlin adopte un plan de relance de 50 milliards d'euros

Dernière modification : 13/01/2009

Ce plan de relance économique, qui doit s'étaler sur deux ans, est le plus important de l'Allemagne d'après-guerre. Les partis de la coalition au pouvoir se sont entendus sur un projet mêlant dépenses publiques et réductions d'impôts.

AFP - La coalition de la chancelière allemande Angela Merkel a trouvé un accord lundi sur la mise en place d'un nouveau plan de relance d'un montant de 50 milliards d'euros destiné à aider la première économie européenne à surmonter ce qui pourrait être sa pire récession depuis la fin de la seconde guerre mondiale.


Alliant sociaux-démocrates et conservateurs, la coalition s'est accordée au terme de six heures de négociations sur un projet mêlant dépenses publiques et réductions d'impôts.


"Nous avons un accord", a déclaré Peter Struck, un dirigeant du SPD à des journalistes. "C'est un grand jour pour l'Allemagne."


Le point central de ce plan de relance se situe dans des projets d'infrastructures et d'éducation. Il comprendra également des mesures destinées à inciter les Allemands à acheter de nouveaux véhicules.


Un autre point du projet prévoit le versement d'une somme de cent euros par enfant, la moitié de ce que demandaient les sociaux-démocrates du SPD.


Avant l'ouverture des discussions, les deux parties s'étaient déjà accordées sur les questions concernant l'amélioration des infrastructures, mais les négociations achoppaient sur les réductions d'impôts, susceptibles selon certains responsables politiques d'accroître le déficit public.


En novembre, le gouvernement avait déjà débloqué 31 milliards d'euros, mais ce premier plan de relance avait fait l'objet de critiques car jugé insuffisant à la fois en Allemagne et à l'étranger.


Ce nouveau plan pose cependant la question du respect de l'équilibre budgétaire, un objectif que le gouvernement d'Angela Merkel était parvenu à atteindre depuis 2005.
 

Première publication : 13/01/2009

COMMENTAIRE(S)