Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

EUROPE

À Strasbourg, Topolanek se défend d'être eurosceptique

Vidéo par Hélène DROUET

Dernière modification : 14/01/2009

Devant les eurodéputés à Strasbourg, le Premier ministre tchèque Mirek Topolanek s'est vivement défendu d'être eurosceptique et a défini les priorités de la présidence tchèque de l'UE : l'énergie, l'économie et l'Europe dans le monde.

AFP - Plusieurs groupes politiques du Parlement européen ont félicité mardi la présidence tchèque pour sa médiation dans la gestion de la crise du gaz russo-ukrainienne.
   
"Dans le conflit entre l'Ukraine et la Russie (...) la présidence tchèque a fait son travail de médiateur et est arrivée à une solution. Donc la présidence tchèque a fonctionné", a estimé le co-président du groupe des Verts Daniel Cohn-Bendit lors d'une conférence de presse.
   
"C'est une présidence qui a beaucoup à prouver, surtout en comparaison avec la présidence française, les attentes sont faibles", a souligné pour sa part le leader des libéraux Graham Watson.
   
"Ils font face à une énorme charge de travail, à deux crises internationales et les premiers signes sont positifs", a-t-il ajouté, même si le gaz ne circulait toujours pas normalement mardi entre la Russie et l'UE via l'Ukraine, contrairement à ce qu'espéraient les Européens.
   
"Je suis sûr que Mirek Topolanek ne va pas clamer son succès sur les toits comme certaines présidences l'ont fait, mais il mérite de la reconnaissance pour les négociations et le succès du résultat", a encore estimé M. Watson.
   
Le président du groupe PPE (conservateur) Joseph Daul, de la même famille politique que le Premier ministre tchèque, a lui aussi jugé que la présidence s'était "bien débrouillée".
   
Seul le président du groupe socialiste Martin Schultz a critiqué la présidence tchèque.
   
Il a dénoncé le fait que Prague ait "refusé de jouer le rôle du médiateur" au début de la crise". "C'est un mauvais départ pour la présidence tchèque", a-t-il insisté.
   
Dénonçant également l'attitude de la présidence tchèque face à l'offensive israélienne à Gaza, il a noté que "si elle continue de cette façon, je suis particulièrement inquiet".

Première publication : 14/01/2009

COMMENTAIRE(S)