Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le Bal des vampires" : Roman Polanski sort les crocs !

En savoir plus

FOCUS

Le Caire surveille de près les islamistes radicaux tentés par l'EI

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de se servir du drame de Sivens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le choc de simplification ne doit pas être contredit par un choc de complexification"

En savoir plus

Amériques Amériques

Le financier Bernard Madoff échappe de nouveau à la prison

Dernière modification : 14/01/2009

La Cour fédérale de New York a rejeté une nouvelle demande d'incarcération du financier soupçonné d'avoir détourné 50 milliards de dollars. Le juge a estimé qu'il lui était "pratiquement impossible" de fuir ou de dissimuler ses avoirs.

AFP - Un juge de la Cour fédérale de New York a rejeté mercredi une nouvelle demande du parquet visant à l'incarcération du financier américain Bernard Madoff, soupçonné d'être à l'origine d'une énorme fraude de 50 milliards de dollars.
  
La juge d'appel Lawrence McKenna a justifié cette décision lors de l'audience en expliquant qu'il était "pratiquement impossible" pour M. Madoff de fuir ou de dissimuler ses avoirs.
  
Le parquet entendait obtenir l'emprisonnement du financier américain dans l'attente de son procès. Le ministère public avait fait appel du jugement d'un autre juge de New York, Ronald Ellis, qui avait décidé lundi de maintenir Bernard Madoff en liberté surveillée dans son luxueux appartement de Manhattan.
  
Le parquet estime que le suspect a contrevenu aux conditions de sa liberté sous caution, en envoyant des montres, bijoux et autres objets de valeur atteignant un million de dollars à des proches, alors que ses avoirs ont été gelés par la justice.

Première publication : 14/01/2009

COMMENTAIRE(S)