Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : le procès de Germain Katanga reprend à Kinshasa

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Moïse Katumbi sollicite la protection de l'ONU

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Scrutin local au Royaume-Uni : Londres, l'exception travailliste

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Course à la Maison Blanche : l'imbattable Donald Trump ?

En savoir plus

TECH 24

Revenu universel : le nouveau cheval de bataille de la Silicon Valley

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Les confidences d’un artisan pipier de Paris

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Richard Berry

En savoir plus

FOCUS

Philippines : l'incroyable retour du clan Marcos, symbole des années noires de la dictature

En savoir plus

#ActuElles

Les femmes dans l’entreprise : Isabelle Kocher, première directrice générale du CAC40

En savoir plus

Moyen-Orient

Tsahal utilise de nouvelles armes, selon des médecins

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 15/01/2009

Deux médecins norvégiens, qui ont passé plusieurs jours à Gaza, soupçonnent l'armée israélienne d'utiliser des DIME (Dense Inert Metal Explosive). "La plupart des victimes sont déchiquetées ou ne survivent pas", affirme l'un d'eux.

AFP - Deux médecins norvégiens qui viennent de passer dix jours dans la bande de Gaza ont déclaré lundi soupçonner l'armée israélienne d'utiliser une arme peu connue appelée DIME (Dense Inert Metal Explosive), qui produit une explosion très puissante sur un rayon limité.
   
"C'est une nouvelle génération d'explosifs très puissants sous un faible volume, qui détonnent avec une extrême puissance et dont la puissance se dissipe sur une zone de cinq à dix mètres", a expliqué à des journalistes l'un des deux médecins, Mads Gilbert, sur l'aéroport Gardermoen d'Oslo.
   
Mads Gilbert, 61 ans, et son collègue Erik Fosse, 58 ans, ont été envoyés dans la bande de Gaza le 31 décembre par l'association humanitaire norvégienne NORWAC, une organisation non-gouvernementale pro-palestinienne. Ils ont déclaré avoir observé dans le cadre de leur travail à l'hôpital Al-Shifa de Gaza des blessures évoquant fortement l'utilisation de projectiles DIME.
   
"Nous n'avons pas vu les victimes affectées directement par (des armes DIME), parce que le plus souvent elles sont déchiquetées ou ne survivent pas", a déclaré M. Gilbert. "Mais nous avons vu un certain nombre d'amputations extrêmement brutales (...) sans blessures par éclats, que nous soupçonnons fortement d'avoir été causées par des armes DIME", a-t-il expliqué.
   
L'existence de la technologie DIME est connue depuis le début des années 2000. M. Gilbert a d'ailleurs accusé l'armée israélienne d'avoir utilisé des armes DIME en 2006 lors de la guerre entre Israël et le mouvement chiite libanais Hezbollah, et de s'en être déjà servi dans la bande de Gaza avant l'actuel conflit contre le Hamas.
   
Selon des informations de presse, les armes DIME combinent un explosif, des particules de carbone et une poudre d'un alliage de métaux lourds et de tungstène. Le tungstène sert à contenir le souffle de l'explosion dans un rayon relativement restreint afin de limiter les dommages collatéraux.
   
"Je crois qu'il y a un très fort soupçon que Gaza est actuellement utilisé comme un laboratoire d'essais pour de nouvelles armes", a déclaré M. Gilbert.
   
Son collègue a ajouté que les blessures en question ne ressemblent pas aux blessures causées par les autres bombes. "J'ai vu et traité un grand nombre de blessures au cours des 30 dernières années dans diverses zones de guerre, et ces blessures ont une apparence complètement différente", a-t-il dit.
   
M. Gilbert a cité des études selon lesquelles les blessures provoquées par les armes DIME peuvent provoquer des cancers mortels en quelques mois.
   
"Israël devrait dire quelles armes ils utilisent et la communauté internationale devrait faire une enquête", a estimé M. Gilbert.
 

Première publication : 14/01/2009

COMMENTAIRE(S)