Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La leçon de démocratie du Nigéria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'alternance démocratique au Nigeria, modèle pour le reste du continent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La victoire annoncée de l'opposant Muhammadu Buhari au Nigeria

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Climat : "Les chances sont bonnes" de parvenir à un accord à Paris

En savoir plus

FACE À FACE

Nicolas Sarkozy : après la victoire, retour à la case judiciaire

En savoir plus

FOCUS

Inde : les musulmans et les chrétiens dans le viseur des ultranationalistes hindous

En savoir plus

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Arnaud Viard, les joies et les peines de l'autofiction

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Moriarty, l'alchimie gagnante

En savoir plus

EUROPE

Les enfants des rues de Saint-Petersbourg

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/02/2009

Un, deux, trois millions d'enfants dans les rues de Russie ? Pour comprendre ce phénomène de société, nos reporters ont suivi le travail de l'ONG russe Action humanitaire qui s'occupe des enfants des rues de Saint- Petersbourg.

Un, deux, trois millions d'enfants dans les rues de Russie ? Ils seraient 20 000 à 100 000 dans les rues de Saint-Petersbourg. Personne n'est capable d'évaluer l'ampleur d'un problème devenu un phénomène de société. Les associations les appellent "les enfants des années 90",  les victimes d'une libéralisation trop brutale. Déboussolés par le nouveau capitalisme, l'esprit embrumé par des substances illicites, ces enfants des rues sont livrés à eux-mêmes.

Après avoir été exclu ou quitté de leur propre chef  le foyer familial, ils vivent au jour le jour et se débrouillent pour survivre. Misère, drogue, prostitution, ils n'attendent plus grand-chose de la vie. Les enfants qui ont passé plus de 5 ans dans la rue sont presque tous séropositifs. Leur espérance de vie est très réduite, ils sont peu à dépasser les 25 ans. Ils font partie du décor, un peu gênant certes mais duquel on préfère se détourner.

Pour pallier l'insuffisance des réponses publiques,  des associations se sont mises en place, avec peu de moyens, mais avec une abnégation à toute épreuve.


 

Première publication : 15/01/2009

COMMENTAIRE(S)