Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

FRANCE

Incendie volontaire d'une synagogue de la région parisienne

Dernière modification : 15/01/2009

Selon des sources judiciaires, la porte de la synagogue de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) aurait été incendiée volontairement. Un geste qui alimente les craintes d'une recrudescence des actes antisémites sur le territoire français.

A lire également l'article : "Les autorités redoutent une importation du conflit en France"


AFP -
L'incendie qui a détruit la porte arrière de la synagogue de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) serait dû à un acte volontaire, mais n'a pas été causé par des cocktails Molotov, selon les premiers éléments de l'enquête, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.
  
Les premières constatations "laissent supposer un acte volontaire" car le feu, qui s'est éteint de lui-même, "serait parti du bas de la porte", a-t-on ajouté de même source.
  
Cette hypothèse a été renforcée par les premiers éléments recueillis par le laboratoire central de la préfecture de police de Paris, qui a fait état d'une "forte odeur d'alcool à brûler".
  
En revanche, "rien ne permet de dire" qu'il s'agit de cocktails Molotov car "aucun débris" n'a été retrouvé, selon la même source.
  
La police et la préfecture du Val-de-Marne ont aussi affirmé qu'il ne s'agissait pas de cocktails Molotov.
  
Dans un premier temps, une source proche de l'enquête avait indiqué qu'un ou plusieurs cocktails Molotov avaient été lancés contre la porte de la synagogue, confirmant une alerte du Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme.

Première publication : 15/01/2009

COMMENTAIRE(S)