Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Syrie : Kobané, la reconquête

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Lutte contre Boko Haram : des bombardements tchadiens au Nigeria

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestations anti-MINUSMA : l'ONU ouvre une enquête

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le Who's who du procès Bettencourt

En savoir plus

TECH 24

Des technologies pour aider les malvoyants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Guillaume de Tonquédec, acteur chouchou des français

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Loi Macron : la France, impossible à réformer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Dette grecque : que peut faire Alexis Tsipras ?

En savoir plus

#ActuElles

Le combat du Laos contre la mortalité maternelle

En savoir plus

Culture EUROPE

Prague s'excuse auprès de Sofia après une expo controversée

Dernière modification : 16/01/2009

Après une protestation officielle de Sofia concernant l'exposition Entropa sur les clichés européens, Prague a présenté ses excuses et promis de retirer l'œuvre qui represente la Bulgarie comme un ensemble de toilettes turques.

AFP - Le vice-Premier ministre tchèque Alexandr Vondra a présenté jeudi ses "excuses" à "ceux qui se sont sentis offensés" par la sculpture monumentale controversée Entropa, et s'est dit prêt à en retirer le module bulgare qui a suscité une protestation officielle de Sofia.
  
"Je comprend que certains ont pu se sentir offensés et j'aimerais leur présenter mes excuses", a déclaré le vice-Premier ministre, dont le pays préside l'UE, lors d'une conférence de presse organisée devant l'oeuvre installée au siège du Conseil de l'UE à Bruxelles.
  
Interrogé sur le possible retrait du module bulgare, qui représente la Bulgarie comme des toilettes à la turque, M. Vondra a ajouté: "je présente mes excuses à la Bulgarie".
  
S'adressant ensuite à l'ambassadeur de Bulgarie auprès de l'UE, présent à la conférence, il a précisé: "nous sommes prêts au dialogue: si vous maintenez votre demande (de retrait), nous le ferons certainement".
  
M. Vondra n'a en revanche pas envisagé la possibilité de démonter l'ensemble de la sculpture, bien qu'il ait été "choqué" d'apprendre que l'artiste plasticien tchèque David Cerny n'avait pas respecté le cahier des charges. Ce dernier a en effet réalisé lui-même la plupart des oeuvres au lieu de les confier à des artistes de chaque pays de l'UE.
  
La sculpture monumentale, composée de 27 modules correspondant à chaque pays membre de l'UE, a été installée en début de semaine au siège du Conseil de l'UE à Bruxelles par la présidence tchèque de l'UE. La représentation de nombreux pays a été perçue comme provocante, mais seule la Bulgarie a porté plainte officiellement.

Première publication : 15/01/2009

COMMENTAIRE(S)