Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Vidéo : Abu Azrael, "le Rambo d’Irak"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Simon Baker : "The Mentalist" passe derrière la caméra!

En savoir plus

FOCUS

Sauvés des griffes de l'EI, de rares manuscrits irakiens exposés à Paris

En savoir plus

DÉBAT

Cameron en tournée européenne : la Grande-Bretagne et l'Europe, frères ennemis ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Cameron en tournée européenne : la Grande-Bretagne et l'Europe, frères ennemis ? (partie 2)

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Simplifier, est-ce bon pour l'activité économique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Cheikh Lô, la voix d'or du Sénégal

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Areva, les scénarios d'un sauvetage

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Dialogue en RDC : l'Eglise catholique veut un "consensus" autour du calendrier électoral

En savoir plus

Afrique Afrique

Le Zimbabwe lance un billet de cent mille milliards

Dernière modification : 10/02/2009

Alors que le dernier chiffre officiel de l'inflation s'élève à 231 millions %, le pays va introduire un billet record de cent mille milliards de dollars zimbabwéens, soit environ 30 dollars américains.

AFP - Le Zimbabwe mettra prochainement en circulation un billet de cent mille milliards de dollars zimbabwéens pour contrer la pénurie d'argent liquide dans un contexte d'hyperinflation délirante, rapporte vendredi le quotidien d'Etat The Herald.
  
Ce billet de 100.000.000.000.000 zim dollars représentait jeudi environ 30 dollars américains au marché noir, où se concentrent la plupart des échanges, mais le cours de la devise nationale s'effrite chaque jour un peu plus.
  
Le dernier chiffre officiel évaluait le taux d'inflation annuel à 231 millions % en juillet. Les économistes de Harare parlent toutefois de milliards de pour cent et l'institut Cato, basé à Washington, a avancé un chiffre de 89,7 trilliards (21 zéros).
  
Au quotidien, la plupart des échanges se font aujourd'hui en devises étrangères.

Première publication : 16/01/2009

COMMENTAIRE(S)