Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Moyen-Orient

Mechaal rejette les conditions d'Israël pour une trêve

Vidéo par Karim YAHIAOUI

Dernière modification : 22/01/2009

À l'ouverture d'une réunion de la Ligue arabe à Doha, au Qatar, Khaled Mechaal, le chef du Hamas en exil, a déclaré que le mouvement islamiste n'acceptera pas "les conditions d'Israël en vue d'un cessez-le-feu à Gaza".

Retrouvez notre dossier consacré à l'offensive israélienne sur Gaza en cliquant ici

 

A lire également l'interview de Philippe Moreau-Defarges, spécialiste des questions internationales : "Ban Ki-moon arrive trop tard au Proche-Orient"

 

 

 

AFP - De nouvelles discussions étaient prévues vendredi soir entre le Hamas et l'Egypte sur une trêve dans la guerre de Gaza, alors qu'Israël pourrait décider d'un cessez-le-feu unilatéral.
  
Un responsable égyptien de haut rang, cité par l'agence officielle Mena, a affirmé que l'Egypte allait transmettre à une délégation du Hamas la "réponse" israélienne aux propositions du mouvement islamiste palestinien.
  
"L'Egypte a reçu de la partie israélienne aujourd'hui (...) la réponse du gouvernement israélien et sa vision pour un cessez-le-feu. Nous allons informer la délégation du Hamas" de cette réponse, a-t-il dit.
  
La réponse israélienne a été transmise à l'Egypte par le principal négociateur israélien et conseiller du ministre de la Défense Ehud Barak, Amos Gilad.
  
M. Gilad s'est entretenu vendredi au Caire, pour la deuxième fois en 48 heures, avec le chef des services secrets égyptiens, Omar Souleimane, l'homme-clé des contacts indirects entre Israël et le mouvement islamiste Hamas.
  
Une délégation du Hamas "de l'intérieur", c'est-à-dire de la bande de Gaza, se trouve déjà en Egypte, a ajouté le responsable égyptien, précisant que des membres du Hamas "de l'extérieur" --en exil à Damas-- se joindraient à eux "plus tard".
  
Mohammed Nasr, un responsable du Hamas qui faisait partie de la délégation venue au Caire discuter du plan égyptien, a déclaré sur la chaîne satellitaire Al-Jazira que des "différends" sur le plan égyptien nécessitaient "plus de discussions et les frères en Egypte nous ont demandé plus de temps pour discuter" avec les Israéliens.
  
M. Nasr n'a pas voulu révéler les détails des négociations, réitérant les quatre exigences du Hamas, à savoir le cessez-le-feu, le retrait des troupes israéliennes, la levée du blocus et l'ouverture des points de passage.
  
A Jérusalem, un responsable gouvernemental israélien a indiqué que le cabinet de sécurité devait voter en faveur d'un cessez-le-feu unilatéral samedi soir, "à la suite de la signature d'un accord à Washington et des progrès significatifs réalisés au Caire".
  



"Les forces israéliennes resteront à Gaza après la mise en place d'un cessez-le-feu unilatéral", a-t-il ajouté, sans toutefois préciser la durée de cette présence.
  
Le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, a réaffirmé vendredi le rejet de son mouvement des conditions d'Israël pour un cessez-le-feu. Israël conditionne la fin de la guerre à l'arrêt des tirs de roquettes depuis Gaza et à la création d'un mécanisme permettant d'empêcher la contrebande d'armes avec l'Egypte.
  
D'après une source diplomatique proche des négociations, les Israéliens ont fait part de leur refus d'une trêve d'un an, proposée par le Hamas, au médiateur égyptien qui a fait savoir qu'il plaiderait en faveur de cette position.
  
Oussama Hamdane, le représentant du Hamas à Beyrouth, a affirmé à l'AFP que pour son mouvement, la fin du blocus était l'une des principales conditions à un cessez-le-feu, mais le Hamas serait prêt à accepter des "garanties" à ce sujet.
  
"Nous voulons des garanties selon lesquelles les points de passage resteront ouverts. Si Israël accepte le principe des garanties, alors nous commencerons à parler de leurs détails", a-t-il ajouté.
  
M. Hamdane a indiqué que le Hamas avait proposé "une structure qui représenterait la présidence (de Mahmoud Abbas) ainsi que le gouvernement" du Hamas au terminal de Rafah.
  
Si Israël se retire et que les garanties sont proposées, "alors nous pourrons dire que nous avons surmonté les problèmes", a-t-il ajouté.
  
D'après une source palestinienne proche du Hamas, l'un des principaux obstacles à un accord est l'ouverture du point de passage de Rafah, entre Gaza et l'Egypte.
  
"La partie égyptienne insiste sur le fait que l'Autorité palestinienne doit être la seule à être présente au point de passage, et nous disons non", a-t-elle indiqué.



A voir également le reportage "Turquie : l'allié d'Israël ulcéré par l'offensive contre la bande de Gaza"

 

 

NB : En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à rester corrects (voir la charte de modération).

 

Première publication : 16/01/2009

COMMENTAIRE(S)