Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cyberattaque de Sony : quand les hackers deviennent des terroristes

En savoir plus

Culture EUROPE

L'œuvre controversée sur la Bulgarie cachée au public

Dernière modification : 20/01/2009

À la demande du président tchèque, Vaclav Klaus, l'œuvre controversée de l'exposition européenne "Entropa" qui dépeint la Bulgarie comme une succession de toilettes à la turque a été recouverte d'un drap noir.

AFP - Un drap noir cache désormais les toilettes à la turque représentant symboliquement la Bulgarie dans la sculpture à thème controversée "Entropa" installée dans un bâtiment officiel de l'Union européenne à Bruxelles, ont constaté mardi des journalistes l'AFP.
  
Cette opération camouflage, destinée visiblement à calmer l'indignation du gouvernement bulgare, a été menée discrètement dans la nuit de lundi à mardi dans l'atrium du Conseil des ministres de l'UE.
  
Chaque présidence de l'Union européenne a pour coutume de décorer l'endroit à son idée. Les Tchèques avaient donc commandé Entropa, un puzzle géant de l'Europe dont chacun des 27 modules nationaux devait être réalisé par un artiste du pays concerné.
  
Mais Entropa a été conçue entièrement par une petite équipe réunie par le plasticien tchèque David Cerny qui voulait "savoir si l'Europe pouvait rire d'elle-même", selon ses propres termes.
  
La Bulgarie avait protesté officiellement et demandé le retrait de son module dès l'installation d'Entropa la semaine dernière dans le bâtiment officiel.
  
Le président tchèque, l'eurosceptique Vaclav Klaus, a critiqué le "message équivoque et insultant" délivré par Entropa, et appelé son gouvernement à "publiquement désavouer cette affaire malheureuse", dans une lettre publiée lundi sur le site internet du magazine Euro.
  
Lors de l'inauguration d'Entropa jeudi, le vice-Premier ministre tchèque, Alexandr Vondra, avait présenté ses excuses aux pays qui avaient "pu se sentir offensés", mais décidé de laisser Entropa en place comme prévu jusque fin juin, au nom de la liberté d'expression.
  
Outre la Bulgarie, la Slovaquie avait protesté officiellement pour sa représentation comme un saucisson lié par une ficelle aux couleurs de sa voisine hongroise. Elle a toutefois accepté vendredi les excuses tchèques, indiquant qu'elle considérait "l'affaire close".
  
David Cerny, réputé pour ses créations absurdes et choquantes, a tout fait pour provoquer en jouant sur les stéréotypes associés à chaque pays. La France est couverte d'une banderole "en grève", la Suède réduite à un emballage Ikéa, la Grande-Bretagne, réputée pour son euroscepticisme, carrément absente.

Première publication : 20/01/2009

COMMENTAIRE(S)