Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La loi Macron à l’épreuve de l'hémicycle

En savoir plus

Amériques

L'administration Obama bloque les dernières décisions de Bush

Dernière modification : 22/01/2009

La nouvelle administration du 44e président des États-Unis a décidé de geler toutes les réglementations en suspens héritées du gouvernement sortant. Une procédure qui vise surtout à bloquer les décisions prêtant à controverse.

 Retrouvez aussi notre dossier consacré à l'investiture de Barack Obama

 

  

Reuters - La nouvelle administration de Barack Obama a ordonné mardi le gel de toutes les réglementations en suspens héritées du gouvernement Bush afin de procéder à leur examen.

 

 "Cet après-midi, le secrétaire général de la Maison blanche Rahm Emanuel a signé une circulaire adressée à tous les ministères et agences pour bloquer toutes les réglementations en cours afin que l'administration Obama puisse procéder à leur examen", a annoncé la Maison blanche dans un communiqué quelques heures à peine après l'investiture de Barack Obama comme 44e président des Etats-Unis.

  

Cette procédure est communément utilisée à l'arrivée d'une nouvelle administration afin de retarder les "réglementations de minuit" que le gouvernement sortant adopte entre l'élection du 4 novembre et le jour de l'investiture.

 

Les républicains George Bush père et fils tout comme le démocrate Bill Clinton y ont eu largement recours.

 

Parmi les décisions prêtant à controverse du gouvernement sortant figurent la possibilité de porter des armes dans certains parcs nationaux ainsi que l'interdiction de verser de l'argent fédéral aux cliniques sanctionnant les médecins ou les infirmières qui refusent de pratiquer des avortements ou de prescrire des contraceptifs par conviction religieuse.

 

La loi fédérale exige une période d'attente de 60 jours avant qu'un changement réglementaire n'ait force de loi.

 

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)