Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

EUROPE

Le député auteur d'un film anti-islam poursuivi pour incitation à la haine

Dernière modification : 21/01/2009

Un tribunal d'Amsterdam vient d'engager des poursuites pour incitation à la haine et à la discrimination contre le député néerlandais d'extrême droite et réalisateur de "Fitna", un film censé prouver le caractère "fasciste" de l'islam.

AFP - Un tribunal d'Amsterdam a ordonné mercredi au parquet d'engager des poursuites pour incitation à la haine et à la discrimination contre le député d'extrême-droite néerlandais Geert Wilders, réalisateur du film anti-islam Fitna.

La cour d'appel d'Amsterdam a "ordonné la poursuite du parlementaire Geert Wilders pour incitation à la haine et à la discrimination", indique le tribunal dans un communiqué.

"La cour estime qu'il a été prouvé que des croyants musulmans ont été insultés par des comparaisons de l'Islam avec le nazisme faites par Geert Wilders", poursuit le communiqué.

Geert Wilders, 45 ans, fondateur et chef du Parti de la liberté (PVV, 9 députés sur 150), avait mis en ligne en mars 2008 un film de 17 minutes intitulé "Fitna" (discorde en arabe). Le film était destiné à montrer ce qu'il considère comme le caractère "fasciste" du Coran, livre dont il a demandé l'interdiction et qu'il a comparé au "Mein Kampf" d'Hitler.

Des dizaines de plaintes avaient été déposées. Mais le parquet national des Pays-Bas avait annoncé le 30 juin 2008 que le film de Geert Wilders, comme ses déclarations à la presse en marge de sa diffusion, n'étaient pas de nature à justifier des poursuites.

Le parquet avait estimé que les déclarations du député sur les musulmans s'inscrivaient "dans le cadre du débat public". Des plaignants avaient alors fait appel.

M. Wilders a réagi mercredi en qualifiant la décision de la cour d'"atteinte à la liberté d'expression". "Le leader du PVV est désormais poursuivi pour ses opinions et ses propos", peut-on lire sur le site internet de son parti.

Aux Pays-Bas, "on encourt des poursuites en exprimant son opinion", affirme-t-il: "participer au débat public est devenu une activité dangereuse".

Malgré des appels des responsables néerlandais, qui craignaient une crise internationale comparable à celle des caricatures danoises de Mahomet, et des menaces contre les Pays-Bas, Geert Wilders avait mis Fitna sur un site internet, aucune chaîne de télévision n'acceptant de le diffuser.

Le film n'avait suscité que l'indifférence aux Pays-Bas et provoqué l'indignation de certains pays du monde musulman.
 

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)