Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Amériques

Le procès des accusés du 11-Septembre suspendu

Vidéo par Virginie HERZ

Dernière modification : 22/01/2009

Le juge militaire Stephen Henley a suspendu le procès de cinq hommes accusés d'avoir organisé les attentats du 11-Septembre, en accord avec la demande du président Barack Obama de fermer Guantanamo d'ici un an.

Retrouvez aussi notre dossier consacré à l'investiture de Barack Obama

Lisez aussi le témoignage d'un ex-détenu de Guantanamo

 

AFP - Le juge militaire Stephen Henley a suspendu mercredi la procédure judiciaire visant les cinq hommes accusés d'avoir organisé le 11-Septembre, en accord avec la demande du président Barack Obama d'ajourner les tribunaux d'exception de Guantanamo.

"Le juge a accepté la motion" de l'accusation demandant la suspension des procédures pour 120 jours, à la demande du nouveau président des Etats-Unis, a déclaré à la presse Jo Dellavedova, un porte-parole des commissions militaires.

Plus tôt dans la matinée, le juge militaire Patrick Parrish avait fait de même dans le dossier Omar Khadr, un Canadien arrêté à 15 ans et dont le procès pour crimes de guerre devait s'ouvrir lundi devant un tribunal d'exception.

Quatre des cinq hommes accusés d'avoir conçu, organisé et financé le 11-Septembre, dont leur cerveau auto-proclamé, Khaled Sheikh Mohammed, s'étaient opposés à la suspension des procédures pendant une courte audience mercredi en milieu de matinée.

Mardi soir, l'accusation a déposé une requête auprès du juge Henley pour qu'il suspende, "à la demande du président" Obama, les procédures pendant 120 jours.

Il s'agit de "laisser du temps" à la nouvelle administration pour qu'elle décide si elle souhaite péréniser le système des tribunaux d'exception et pour que les dossiers de chaque détenu soient réexaminés au cas par cas.

Le système judiciaire d'exception appelé "commissions militaires" a été créé en 2006 par l'administration Bush pour juger les détenus de Guantanamo poursuivis pour "crimes de guerre". Ils sont actuellement 21 inculpés dont 14 renvoyés devant un juge, pour 245 prisonniers environ, selon le Pentagone.

Dans le même temps, mercredi matin, le Pentagone a annoncé qu'il allait réexaminer les procédures de détention sur la base de Guantanamo, dont le président Barack Obama a promis la fermeture à terme.

Selon un porte-parole, Bryan Whitman, le département de la Défense américain s'attend a recevoir prochainement de la Maison Blanche "des instructions supplémentaires pour un réexamen plus large et complet des politiques et procédures relatives aux activités de détention à Guantanamo".

Les familles de victimes des attentats du 11-Septembre ont exprimé mercredi devant la presse leur colère devant cette suspension. "Les gens doivent savoir que l'endroit le plus sûr pour mener ces audiences, c'est ici, à Guantanamo", a notamment déclaré Lorraine Arias, dont le frère est mort dans le World Trade center, à New York, le 11 septembre 2001.

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)