Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le projet de nouvelle Constitution adopté en Conseil des ministres en Côte d'Ivoire

En savoir plus

FOCUS

La France va-t-elle rendre à Alger les crânes d’Algériens du XIXème siècle ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les 7 mercenaires", il était une deuxième fois dans l’Ouest

En savoir plus

FACE À FACE

Les révélations de Buisson, nouveau coup dur pour Sarkozy ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Opep : le bras de fer entre l'Arabie saoudite et l'Iran continue

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Shimon Peres, ou la bataille "domquichottesque" pour la paix"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nicolas Sarkozy, ses amis, ses affaires, ses emmerdes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Investiture d'Ali Bongo au Gabon , l'opposition dénonce un "coup d'Etat électoral"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Débat Trump vs Clinton : les réactions sur la Toile

En savoir plus

EUROPE

L'ETA menace les constructeurs du TGV basque

Dernière modification : 21/01/2009

L'organisation séparatiste basque armée a déclaré, mardi, que "les personnes et entreprises participant au projet du train à grande vitesse" au Pays basque, dans le nord de l'Espagne, étaient des "cibles".

AFP - L'organisation séparatiste basque armée ETA a déclaré mardi que "les personnes et entreprises participant au projet du train à grande vitesse" (TAV) au Pays Basque (nord) étaient des "cibles"", avant de revendiquer trois attentats, dans un communiqué publié mercredi.

"Alors que se poursuit la destruction provoquée par ce grand projet, décidé par décret et sans débat public, les responsables désignés et leurs avoirs (cités dans le projet de TAV) deviendront des objectifs de l'ETA", souligne un communiqué de l'ETA, publié par le journal Gara, habituellement lié à l'organisation indépendantiste basque.

Le 4 décembre dernier, l'ETA avait revendiqué l'assassinat d'un entrepreneur basque de 70 ans, Ignacio Uria, dont la société participait à ce projet de TAV.

Toujours en décembre dernier, la chaîne de radio Cadena SER avait estimé que "l'assassinat par l'ETA d'Ignacio Uria a obligé à augmenter le nombre de gardes du corps pour les entrepeneurs" liés à ce chantier.

"Les entrepreneurs et responsables du chantier auront besoin de 105 gardes du corps supplémentaires", selon la radio, citant les entreprises de sécurité.

Pour Cadena Ser, le coût estimé pour la protection de cette "cinquantaine d'entrepreneurs" est de 10 millions d'euros par an.

Ignacio Uria Mendizabal, 71 ans, propriétaire d'une entreprise travaillant sur ce chantier, a été abattu le 3 décembre près du siège de son entreprise à Azpeitia, au Pays Basque (nord), par un commando présumé de l'ETA.
 

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)