Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

Amériques

"Nos défis sont nombreux, ils seront relevés", promet Obama

Vidéo par Laure CONSTANTINESCO

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/01/2009

"L'état de l'économie impose l'action (...), nous allons agir", a déclaré le 44e président des États-Unis, qui a prêté serment à Washington DC, devant une marée humaine. Barack Obama propose "une nouvelle approche" du monde musulman.

"Moi, Barack Hussein Obama, je jure solennellement de remplir fidèlement les fonctions de président des États-Unis et, dans toute la mesure de mes moyens, de sauvegarder, protéger et défendre la Constitution des Etats-Unis", a déclaré Barack Obama, en prêtant serment à Washington D.C, sur la Bible utilisée par Abraham Lincoln en 1861.

 

Barack Obama est devenu ce mardi le 44e président des Etats-Unis et le premier président africain-américain . Plus de 2 millions de personnes, étaient venues l’acclamer malgré le froid (-6° C). 

 

"Je vous dis aujourd'hui que les défis auxquels nous sommes confrontés sont réels, ils sont graves et nombreux", a-t-il indiqué au début de son discours d’inauguration, sur les marches du Capitole. "Ils ne seront pas relevés facilement ni rapidement. Mais sache, Amérique, qu'ils le seront."

 

Barack Obama s’est ensuite félicité que ses concitoyens aient choisi “l’espoir plutôt que la peur”, en affirmant que les Etats-Unis étaient "prêts à diriger à nouveau".


Le 44e président des Etats-Unis, qui va diriger un pays frappé de plein fouet par la crise financière et économique, estime que cette crise est le fruit de "la cupidité et de l'irresponsabilité de certains". "L'état de l'économie impose l'action, ferme et rapide, et nous allons agir", a-t-il ajouté.

 

"Un pays ne peut prospérer longtemps en ne favorisant que les plus prospères", a-t-il ajouté.

 

Notre envoyée spéciale à Washington DC, Leela Jacinto, a recueilli les réactions d’Américains présents dans la foule. “Le discours a été extraordinaire,” confie Chet Pourciau, architecte d’intérieur vivant à la Nouvelle-Orléans. “Obama a dit tout ce que nous attendions depuis les huit dernières années.”

 

Penslar, un Américain qui vit au Canada, pense qu’entre Barack Obama et son prédécesseur George W. Bush : “C’est le jour et la nuit : avant, si vous disiez que vous étiez Américain, on vous regardait en disant ‘oh’ et on changeait de sujet. Mais maintenant, quand les gens savent que vous êtes Américain, ils sont complètement excités et demandent ‘est-ce que tu as voté ? est-ce que tu as voté pour Obama ?’ C’est un grand changement. Je pense maintenant à retourner vivre aux Etats-Unis. Même si ce n’est pas l’unique raison, ça y contribue."

 

  

 

 

Quitter l’Irak " de façon responsable"

 
Concernant la politique étrangère, Barack Obama s’est engagé à faire preuve de responsabilité dans le rapatriement des forces déployées en Irak. Il promet que les Etats-Unis vont "commencer à quitter l'Irak de façon responsable".
   
Selon Jean-Bernard Cadier, spécialiste de politique étrangère de FRANCE 24 et envoyé spécial à Washington DC, "Barack Obama pourrait ordonner très rapidement le retrait des troupes américaines du territoire irakien." Et d’ajouter : "Certains spécialistes avancent l’idée que ce pourrait être fait dès cette semaine."
  

Mais la priorité de Barack Obama reste la fermeture de Guantanamo. "Il avait prévenu qu’il s’y attèlerait dès le lendemain de son investiture", commente le journaliste Patrick Jarreau à FRANCE 24. "Mais c’est une décision qui va prendre du temps, peut-être un an."

 


Il s'est également engagé à ramener la paix en Afghanistan.

 

Barack Obama tend la main au monde musulman et propose "une nouvelle approche, fondée sur l'intérêt et le respect mutuels". Il se veut toutefois ferme envers les terroristes : "Nous vous vaincrons."




 

Il a également abordé l'aspect environnemental, dossier sur lequel il entend travailler "sans relâche pour faire reculer le spectre du réchauffement de la planète".


Barack Obama et son épouse Michelle, vêtue d'une robe or pâle, avaient auparavant quitté la Maison Blanche en compagnie du président sortant, George W. Bush, qui a achevé ainsi huit années d'un mandat marqué par les attentats du 11 septembre 2001 et les invasions de l'Afghanistan et de l'Irak.

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)