Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

Obama s'engage à œuvrer pour "une paix durable"

Dernière modification : 21/01/2009

Dès le premier jour de son mandat, le président américain Barack Obama s'est entretenu avec plusieurs dirigeants du Proche-Orient pour s'engager à œuvrer "activement" à la paix "dès le début de son mandat".

Retrouvez aussi notre dossier consacré à l'investiture de Barack Obama

 

AFP - Le président américain Barack Obama a envoyé un signal fort au Proche-Orient en téléphonant mercredi, au matin de sa première journée de travail, à plusieurs dirigeants du Proche-Orient pour s'engager à oeuvrer "activement" à la paix "dès le début de son mandat".

M. Obama a appelé le président égyptien Hosni Moubarak, le Premier ministre israélien Ehud Olmert, le roi Abdallah II de Jordanie et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a indiqué le nouveau porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs.

"Il a profité de cette occasion lors de sa première journée de travail, pour exprimer son engagement à oeuvrer activement à la paix israélo-arabe dès le début de son mandat et pour espérer qu'ils poursuivent leur coopération (avec les Etats-Unis) et qu'ils conservent leur rôle dirigeant", a ajouté M. Gibbs dans un communiqué.

Alors que le conflit à Gaza vient de s'achever, M. Obama s'est déclaré "déterminé à aider à consolider le cessez-le-feu en mettant sur pied un régime efficace de lutte contre la contrebande, afin d'empêcher le Hamas de se réarmer", a-t-il poursuivi.

Il s'est aussi engagé à "faciliter, en partenariat avec l'Autorité palestinienne, un effort majeur de reconstruction pour les Palestiniens à Gaza", a encore indiqué le porte-parole.

L'Autorité palestinienne s'est réjouie de cet appel, assurant que son président Mahmoud Abbas avait été le premier dirigeant étranger contacté par le nouveau président américain.

Selon le porte-parole de M. Abbas, Nabil Abou Roudeina, M. Obama "a affirmé qu'il déploierait tous les efforts possibles pour parvenir le plus rapidement possible" à la paix, et que "son administration allait travailler avec le président Abbas pour bâtir les institutions palestiniennes".

"Nous ne nous attendions pas à un appel aussi rapide du président Obama", a déclaré à l'AFP un autre proche collaborateur de M. Abbas, Yasser Abed Rabbo.

"La célérité de cet appel est un message signalant à toutes les parties concernées que le peuple palestinien a une seule adresse et c'est le président Abbas", a-t-il ajouté, alors que la légitimité de M. Abbas est contestée par le mouvement islamiste Hamas qui l'a délogé de la bande de Gaza en juin 2007.

De son côté, la présidence du Conseil israélien a indiqué que M. Olmert avait rendu compte au nouveau président américain de la situation à Gaza, d'où Israël a retiré ses troupes après une vaste offensive contre le Hamas, lors de cet entretien téléphonique.

M. Olmert "lui a rendu compte de la situation à Gaza et a déclaré qu'il espérait que les mesures prises par Israël, l'Egypte, les Etats-Unis et l'Europe pour prévenir la contrebande d'armes vers Gaza seraient couronnées de succès", selon un communiqué.

Le roi Abdallah II, pour sa part, a déclaré avoir "hâte de travailler avec le président (américain) pour répondre aux défis de la région et résoudre le conflit israélo-palestinien sur la base d'une solution à deux Etats", Israël et la Palestine, a indiqué l'ambassade de Jordanie à Washington dans un communiqué.

"Sa majesté a également jugé important que les Etats-Unis s'engagent rapidement dans des négociations de paix sérieuses et efficaces pour parvenir à une solution à deux Etats le plus rapidement possible", précise le communiqué.

Dans un télégramme de félicitations reproduit mardi soir par l'agence officielle Mena, M. Moubarak a appelé M. Obama à faire du conflit israélo-palestinien sa "priorité".

Le président égyptien, dont les relations avec l'ex-président américain George W. Bush étaient tendues, a espéré que "la période à venir soit le théâtre d'une nouvelle étape de consultations fructueuses entre nous sur les différentes questions au Moyen-Orient".

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)