Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

Amériques Amériques

Odes, hymnes, sérénades et autres chants dédiés à Obama

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 27/01/2009

Les musiciens américains n'ont pas lésiné sur leur engagement auprès de Barack Obama. Les hymnes au premier président noir américain ont fleuri dans tout le pays. Et la mode s'est même propagée sur les scènes du monde entier.

 

Jamais lune de miel entre musique et politique n’a été aussi idyllique. Les soutiens rock, rap, reggae et pop à Barack Obama sont légion et les odes écrites en l’honneur du premier président noir des Etats-Unis sont particulièrement explicites. Adieu la subtilité et les sous-entendus, bonjour l’engagement sans rougir.

 

D’abord, le soutien officiel, invité par Obama "himself". Le nouveau locataire de la Maison Blanche s’est offert, lundi soir, un plateau rêvé de stars : Bruce Springsteen, Beyoncé, U2 et Herbie Hancock, entre autres, ont joué et chanté devant le Lincoln Memorial, à Washington.

 

 

 

Mardi, jour de l’investiture, c’était au tour de la "Lady Soul" en personne, Aretha Franklin, de prêter sa voix.

 

 

 

Sans oublier un arrangement de "Simple Gifts" par John Williams, le compositeur de nombreuses musiques de film à succès (dont "Star Wars" et "Indiana Jones"). Le tout interprété par de prestigieux musiciens : Itzhak Perlman au violon, Yo-Yo Ma au violoncelle, Gabriela Montero au piano et Anthony McGill à la clarinette.

  

 

 

C’était un tel honneur - et une telle opportunité - d’être vu et entendu du monde entier à la cérémonie d’investiture que des magazines et des maisons de disque ont volontairement gonflé certaines rumeurs sur le nom des artistes invités. Mais qu'importe. Que ce soit sur la scène officielle ou dans le "off" ailleurs à Washington, l'important, ce 20 janvier, était de jouer dans la capitale américaine.

Certes, rien de tout ceci n’est exceptionnel. Les musiciens américains n’ont pas attendu Obama pour porter des couleurs politiques. En 1960, Frank Sinatra modifiait les paroles de son grand hit "High Hopes" pour vanter les mérites de son ami, John F. Kennedy... La mélodie était devenue l’hymne de campagne du jeune président américain.
  

 

Le recyclage existe aussi. La musique peut avoir plusieurs vies politiques. C'est le cas de "The Rising", hymne de campagne d'Obama, et que chantait déjà Bruce Springsteen en 2004 pour soutenir John Kerry.

  

 

 

Mais ce qui est sans précédent, c’est la quantité de musiques écrites en soutien au candidat démocrate. Une véritable épidémie musicale durant la campagne électorale. Les uns après les autres, de nombreux artistes ont trouvé le chemin vers l’engagement politique pleinement assumé. Notamment des chanteurs de rap très appréciés du grand public, comme Jay-Z (qui donnait un grand concert lundi soir au Warner Theatre de Washington), Eminem, Nas, Kanye West ou 50 Cent.

 

 

 

Summum de l’alignement artistique derrière un seul homme : le clip "Yes We Can", porté par Will.I.Am, de Black Eyed Peas, et par des dizaines d'autres artistes américains.

 

 

 

 

La vague Obama charie sur son passage des mélodies plus ou mois élaborées. Stevie Wonder s’est fendu d’un "Barack Obama" chanté sur les huits notes d'une gamme, aller et retour.

  

 

 

Tout aussi rudimentaire, l'adaptation de "Over the Rainbow" avec pour simples paroles... "Obama". C'est signé Clare and the Reasons.

 

 

 

Ce qui est proprement inouï, c'est d’entendre un président des Etats-Unis devenir la muse du monde entier. Le Camerounais Docta Musica mélange anglais et français pour célébrer le nouveau héros américain. Le Kenyan Samba Mapangala chante Obama en anglais et en swahili ("Obama Ubarikiwe", "Béni soit Obama"). Aux Etats-Unis comme dans le reste du monde, tous les excès de zèle - et de propagande - sont permis !

 

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)