Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

Asie - pacifique Asie - pacifique

Des sites Web censurent une partie du discours inaugural d'Obama

Dernière modification : 21/01/2009

Sina et Sohu, les deux principaux portails Internet chinois, ont ôté du discours d'investiture de Barack Obama toutes les références au communisme. Et coupé l'intégralité du passage sur la dissidence chinoise.

REUTERS - Plusieurs portails internet chinois ont supprimé la référence au communisme dans leur traduction du discours d'investiture de Barack Obama.

 

"Souvenez-vous que les précédentes générations ont tenu tête au communisme et au fascisme pas seulement avec des missiles et des chars, mais avec des alliances solides et des convictions durables", a déclaré Barack Obama dans son allocution de 18 minutes sur les marches du Capitole.


 
"A ceux qui s'accrochent au pouvoir par la corruption et la fraude, et en bâillonnant la dissidence, sachez que vous êtes du mauvais côté de l'histoire, mais que nous vous tendrons la main si vous êtes prêts à desserrer votre poing", a-t-il ajouté.

 

Quand l'interprète a prononcé le mot "communisme", la télévision centrale chinoise est soudainement devenue silencieuse et l'image du discours a cédé la place à celle d'un présentateur qui a interrogé un expert sur les difficultés économiques auxquelles devra s'atteler Obama. L'analyste a semblé tout aussi pris de court que son interlocuteur, selon un extrait diffusé sur le site de partage vidéo Youtube.


 
Dans les traductions disponibles sur les portails les plus lus de Chine, comme Sina ou Sohu, le mot "communisme" a disparu, tout comme le paragraphe sur la dissidence.


Un autre portail très regardé, Netease, a coupé intégralement le paragraphe sur le communisme mais conservé celui sur la dissidence, qui est largement approuvé par les blogueurs.
 
Le discours apparaît dans son intégralité sur le site de la chaîne Phoenix TV, basée à Hong Kong, et en anglais sur le site du quotidien d'Etat anglophone China Daily.


La Chine a fermé plus de 200 sites internet ces derniers jours, officiellement pour contenu "vulgaire", mais beaucoup voient dans cette mesure un moyen de faire taire les voix dissidentes dans une année très sensible en raison du 20e anniversaire des massacres de la place Tiananmen.

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)