Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Moyen-Orient

Tel-Aviv enquête sur l'usage de phosphore blanc à Gaza

Vidéo par Noémie ROCHE

Dernière modification : 22/01/2009

Israël confirme qu'une enquête militaire a été ouverte sur l'usage d'armes à phosphore blanc contre des civils à Gaza. De sources médicales, 14 personnes ont été gravement brûlées et 2 tuées lors de l'attaque contre une école de l'ONU.

Retrouvez notre dossier consacré à l'offensive israélienne sur Gaza en cliquant ici

 

À lire également : "Abbas propose un gouvernement d'union au Hamas"
 

 

REUTERS -L'armée israélienne a confirmé mercredi l'information du quotidien Haaretz faisant état de l'ouverture d'une enquête militaire sur l'usage de munitions à phosphore blanc contre des populations civiles dans la bande de Gaza.


Un porte-parole de l'armée s'est refusé à tout autre précision sur l'article du journal, qui affirme que l'enquête,
dirigée par un officier supérieur, est centrée sur un incident lors duquel 20 obus au phospore blanc ont été tirés sur une zone peuplée.


Selon des sources médicales, deux enfants palestiniens ont été tués et 14 autres personnes ont subi des brûlures graves lorsque les projectiles ont atterri sur une école de l'Onu le 17 janvier à Beït Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza.


Haaretz croit savoir que c'est une brigade de parachutistes réservistes qui a tiré une vingtaine d'obus au phosphore blanc
sur cette école, gérée par l'Agence de travaux et de secours des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (Unrwa).


L'ONG Amnesty International a accusé Israël de crimes de guerre pour avoir utilisé ce type de munitions dont le droit
international interdit l'usage dans des zones densément peuplées.


D'après Haaretz, Tsahal a tiré 200 obus au phosphore blanc durant ses 22 jours d'offensive à Gaza, dont 180 directement sur des groupes d'activistes tirant des roquettes sur le territoire israélien.


L'usage de ces munitions, capables de créer des écrans de fumée et de marquer visuellement les cibles ennemies, n'est
autorisé par le droit international que si "toutes les précautions possibles" sont prises pour éviter des pertes au sein de la population civile. 

 

NB : En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à rester corrects (voir la charte de modération).

 

Première publication : 21/01/2009

COMMENTAIRE(S)