Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Moyen-Orient

Tel-Aviv enquête sur l'usage de phosphore blanc à Gaza

©

Vidéo par Noémie ROCHE

Dernière modification : 22/01/2009

Israël confirme qu'une enquête militaire a été ouverte sur l'usage d'armes à phosphore blanc contre des civils à Gaza. De sources médicales, 14 personnes ont été gravement brûlées et 2 tuées lors de l'attaque contre une école de l'ONU.

Retrouvez notre dossier consacré à l'offensive israélienne sur Gaza en cliquant ici

 

À lire également : "Abbas propose un gouvernement d'union au Hamas"
 

 

REUTERS -L'armée israélienne a confirmé mercredi l'information du quotidien Haaretz faisant état de l'ouverture d'une enquête militaire sur l'usage de munitions à phosphore blanc contre des populations civiles dans la bande de Gaza.


Un porte-parole de l'armée s'est refusé à tout autre précision sur l'article du journal, qui affirme que l'enquête,
dirigée par un officier supérieur, est centrée sur un incident lors duquel 20 obus au phospore blanc ont été tirés sur une zone peuplée.


Selon des sources médicales, deux enfants palestiniens ont été tués et 14 autres personnes ont subi des brûlures graves lorsque les projectiles ont atterri sur une école de l'Onu le 17 janvier à Beït Lahiya, dans le nord de la bande de Gaza.


Haaretz croit savoir que c'est une brigade de parachutistes réservistes qui a tiré une vingtaine d'obus au phosphore blanc
sur cette école, gérée par l'Agence de travaux et de secours des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (Unrwa).


L'ONG Amnesty International a accusé Israël de crimes de guerre pour avoir utilisé ce type de munitions dont le droit
international interdit l'usage dans des zones densément peuplées.


D'après Haaretz, Tsahal a tiré 200 obus au phosphore blanc durant ses 22 jours d'offensive à Gaza, dont 180 directement sur des groupes d'activistes tirant des roquettes sur le territoire israélien.


L'usage de ces munitions, capables de créer des écrans de fumée et de marquer visuellement les cibles ennemies, n'est
autorisé par le droit international que si "toutes les précautions possibles" sont prises pour éviter des pertes au sein de la population civile. 

 

NB : En raison du grand nombre de réactions au sujet du conflit à Gaza, nous ne pouvons en publier qu'une sélection sur le site. Merci de veiller à envoyer des réactions courtes, à éviter les hors-sujets et à rester corrects (voir la charte de modération).

 

Première publication : 21/01/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)